Aujourd’hui, c’est sur le secteur de Saint-Dié que les agriculteurs lancent leur SOS !

B.Boulay 6 février 2016 0
Aujourd’hui, c’est  sur le secteur de Saint-Dié que les agriculteurs lancent leur SOS !

Des tracteurs toujours … Ils sont une bonne cinquantaine des secteurs de Corcieux, La Chapelle-devant-Bruyères, Brouvelieures, Saint-Dié et Rambervillers à avoir envahi le parking de Leclerc en attendant qu’une délégation soit reçue par son directeur. Ils défendent la charte des valeurs pour sauver leur métier.

Cette charte de valeurs que les agriculteurs proposent de négocier avec les transformateurs et les enseignes de la distribution, comporte 3 points

3 objectifs

  • des prix qui soient au-dessus du coût de production estimé à 340€ les 1000l et pouvoir les renégocier à la hausse aussi
  • Imposer la transparence à tous. Il semble que les distributeurs n’y soient pas opposés, si les tranformateurs la suivent
  • répartir le gain de la valeur ajoutée

« En ne signant pas, ils tuent consciemment l’agriculture »

« Nous avons rencontré le responsable du Leclerc Saint-Dié en public et le directeur en privé, rapporte Victorien Lambert, porte-parole des JA. Ce dernier nous a signé un papier s’engageant à faire remonter la charte à la direction du groupe. Il y a un point dans la charte qui dit que si les distributeurs et les transformateurs refusent de signer, ils condamnent volontairement l’agriculture  française à mourir ».

Des produits mieux étiquetés pour valoriser le local

À Saint-Dié, les JA ont vérifié les étiquetages et résultat des courses, les représentants agricoles demandent un meilleur étiquetage des produits « Français » dans les rayons, car certains qui viennent d’Irlande, sont marqués « -France-Europe- « . Le convoi s’est ensuite rendu à la permanence du Député et conseiller régional, Gérard Cherpion.

Livraison tracée pour Gérard Cherpion

Mais celui-ci était en réunion à Strasbourg. La délégation a été reçue par son adjoint le maire de Ste-Marguerite, Roland Bedel. Mais les agriculteurs ont laissé une petite piqûre de rappel, histoire qu’on ne les oublie pas, un odorant dépôt de lisier tout frais.

Un maximum de grandes surfaces informées de cette charte

Les agriculteurs allaient au Cora de Saint-marguerite pour la même démarche. Les tracteurs se dirigeront ensuite vers Corcieux. Les Jeunes agriculteurs voudraient que pour enclencher les contractualisations sur les prix avec les grandes surfaces mi février, toutes aient pris connaissance de cette charte de valeur et de la désespérance de la situation des producteurs.

 

Commentez l'article »