Agriculture – En attente des réformes en cours …

B.Boulay 6 mars 2018 0
Agriculture – En attente des réformes en cours …

La session de la chambre d’agriculture abordait lundi les enjeux de l’agriculture de demain, avec les accords de libre échange, la réforme de la PAC, la plateforme d’innovation TerraLab et l’utilisation des données numériques pour créer de la valeur ajoutée. Un cumul d’inquiétudes…

La réorganisation de la chambre d’agriculture par pôle Est, Ouest et Centre, est en cours. L’équipe de Gérardmer est installée dans l’ancienne école du Costet Beillard. Les travaux démarrent à Épinal pour la construction du parking et à Neufchâteau pour la rénovation du bâtiment. A Neufchâteau, le bâtiment devrait être prêt pour la fin de l’été.

Des prix qui restent bas

Peu de changement pour 2018, mais un prix du lait au dessus de 300€/T et une récolte de fourrage correcte ont permis aux exploitations de tirer un peu moins le diable par la queue. La collecte de lait dans les Vosges est en hausse de 3,2%, mais les engorgements des marchés font que les prix restent bas.

Pas d’amélioration en vue

Il n’y a pas d’évolution positive attendue en 2018 pour les prix, que ce soit pour le lait, les céréales ou pour la viande ! Pour la viande ovine, la consommation reste en baisse, alors qu’à peine 50% de la viande ovine consommée en France est produite en France. Mais les exploitants n’ont pas de visibilité sur les réformes à venir.

Bio, méthanisation et circuits courts

34% des exploitations sont bio ou en conversion. Les Vosges croient en la méthanisation : 17 unités sont en fonctionnement, 8 sont en construction et 8 en projet. La plateforme Agrilocal soutenue par le conseil départemental, qui met en relation les producteurs et les collectivités pour des repas en circuits courts dans les collèges et les EHPAD, prend bien. En 2017, malgré le contexte, 36 candidats ont rejoint le répertoire Départ Installation pour rechercher une exploitation pour s’installer.

Un aménagement hydraulique pour protéger Neufchâteau

Un projet d’aménagement hydraulique et environnemental du bassin de la Meuse Amont prévoit 3 zones de stockage d’eau avec digues et 5 décaissements pour protéger Neufchateau et ses villages voisins, favoriser la biodiversité et retrouver une qualité de l’eau. « On entend dire que Paris était inondé à cause de l’agriculture intensive des territoires ruraux, mais on oublie de dire que sans les bassins de rétention d’eau, il y aurait 1m de plus dans les rues de Paris« , remarque Philippe Clément, président de la FDSEA des Vosges.

Services mutualisés

Les chambres mutualisent leur moyens pour le contrôle du lait et les conseils et pour la valorisation du bois. « La gestion forestière n’est pas en péril comme ça a pu être dit, assure Roger Perrin, président des propriétaires forestiers privés. Nous allons continuer à travailler ensemble. Nous fonctionnerons avec un système bicéphale« . La chambre d’agriculture s’inquiétait elle, d’avoir les moyens de cette gestion forestière, puisque les centimes forestiers devaient être mis dans un fonds commun « Bois et territoires ».

Ils veulent garder une PAC forte

Si la nouvelle carte des zones agricoles défavorisées qui conditionnent les aides européennes, ne semblent pas pénaliser les Vosges, les agriculteurs promettent de rester vigilants.Les agriculteurs attendent de voir venir la réforme de la PAC. C’est la seule régulation européenne et ils y tiennent même si tout n’est pas parfait ! . Les parlementaires se sont mobilisés pour défendre le budget de la PAC. Par contre, les accords de libre échanges leur hérissent le poil, dans la mesure où les normes hors Europe sont moins exigeantes sur la qualité et les garanties sanitaires

Une motion pour encadrer les accords de libre échange

Ils ont voté une motion pour limiter les contingents en importation et vérifier la qualité des produits alimentaires aux frontières. « On n’est pas contre le libre échange à condition que l’on ait tous les mêmes règles, sinon on court avec 2 boulets », précise Jérôme Mathieu, président de la Chambre d’agriculture des Vosges. Même version méfiante pour Philippe Clément, qui craint de voir arriver des bêtes qui n’offrent pas les mêmes garanties sanitaires mais qui pulvérisent les prix.

http://www.actu88.fr/les-agriculteurs-votent-une-motion-pour-sauver-leurs-centimes-forestiers-et-les-13-emplois/

http://www.actu88.fr/asides/daniel-gremillet-garder-la-pac-et-defendre-lexcellence-de-ses-produits/

Commentez l'article »