CCI – Laissez-nous le TGV !

B.Boulay 13 décembre 2017 0
CCI – Laissez-nous le TGV !

Face à la remise en cause des dessertes TGV, la chambre de commerce et d’industrie a fait une enquête flash auprès des entreprises. Résultat : Oui, elles utilisent le TGV et il n’est pas question de le laisser partir ! Une motion sera remise à Jean-Cyril Spinetta chargé de revoir le système ferroviaire et au président de la SNCF pour faire entendre leur voix.

La Ministre des transports, Elisabeth Borne, a mandaté Jean-Cyril Spineta pour revoir le système ferroviaire. Sa lettre de mission prévoit la remise en cause des desserte TGV actuelles. Les acteurs économiques, représentant des entreprises, des artisans, le Btp et la capeb, le Medef (qui a fait également sa propre motion), les hôteliers et restaurateurs, l’automobile, l’UIMM et les commerçants, se mobilisent pour affirmer haut et fort, qu’ils utilisent le TGV régulièrement, qu’il est nécessaire pour leurs affaires et pour les fournisseurs.

Pas question de perdre une des 3 gares TGV !

Supprimer le TGV reviendrait à enclaver les Vosges et aller contre toute l’énergie dépensée pour booster l’attractivité et stimuler l’économie. Pas question de perdre l’une des 3 gares TGV, Épinal, Saint-Dié-des-Vosges et Remiremont ! Pas plus d’ailleurs que les dessertes TER qui permettent d’y acceder. « Le TGV est une chance », reconnaissent-ils tous unanimement. « Et on le prend ! », insiste Jérôme Matthieu, président de la chambre d’agriculture.

Les acteurs économiques utilisent le TGV

82% confirment que leurs relations professionnelles utilisent le TGV, 70% estiment que le TGV est une valeur ajoutée pour la notoriété de leur entreprise et 65% en font un atout d’attractivité. « L’accessibilité est une des clés de la réussité de notre département, insiste Gérard Claudel. Nous ne pouvons pas accepter que la croissance économique des Vosges soit mise en péril au profit d’économies à court termes, qui auraient des conséquences desastreuses et couteuses à long terme« . Les entreprises Vosgiennes refusent de se laisser enclaver.

Nous y avons mis beaucoup d’argent

Supprimer le TGV dans les Vosges irait contre toutes les préconisations de sauvegarde de l’environnement. Pour les acteurs, c’est tout simplement inconcevable ! D’autant qu’ils ont participé au financement du TGV ! « Nous y avons mis beaucoup d’argent des contribuables, ce n’est pas pour faire mourir le département aujourd’hui ! », protestent-ils en choeur. Pas question de faire des Vosges une réserve, ils se battront !La motion sera également remise au préfet des Vosges, aux parlementaires, aux présidents de la Région et du département et aux maires des 3 villes concernées, Épinal, Saint-Dié-des-Vosges.

Le TGV c’est vital !

« Supprimer un arrêt TGV des Vosges, c’est lâcher le département et le condamner mourir ! « martèle Jérôme Matthieu. « Venir en voiture, c’est fini pour la clientèle d’affaires, on vient en TGV, c’est le transport du futur », renchérit Xavier grimon pour les hôteliers. « Et même les artistes viennent en TGV !« , poursuit Hervé Poirat. Raymond Thomas en remet uen couche : « Faire Nancy-Épinal en 2h de bus en arrivant de l’aéroport, c’est inconcevable pour les relations d’affaires comme pour les touristes !« . Si on commence à détricoter le maillage, Nancy finira par être touché. Le TGV, c’est fondamental ! Et ce n’est pas la peine de parler de pacte de ruralité, d’égalité des chances, si on supprime aux territoires ruraux  leurs liaisons avec les grands pôles d’activité.

Commentez l'article »