Claire Choffel, petite main des pieds

B.Boulay 25 avril 2013 0
Claire Choffel,  petite main des pieds

Claire Choffel est créatrice artisan chausseur. Elle fabrique des chaussures, des bottes et des guêtres, des sacs et des accessoires en cuir. Un métier presqu’oublié. Elle organise une exposition vente les 2, 3, 6, 7 et 8 mai prochains à Basse-sur-le-Rupt.

Perchée en haut d’une petite route de montagne sinueuse, sa boutique attend les visiteurs. Claire Choffel a créé la marque « Klair with a K ». Elle fabrique amoureusement chaque chaussure de manière artisanale dans son petit atelier en bois et prend aussi commande pour du sur-mesure. Elle réalise ses chaussures avec des matières naturelles, réfléchit à une production bio, mais peut tout à fait s’adapter aux personnes qui font des allergies aux colles ou matières synthétiques.

Claire Choffel était opticienne lunettière et elle s’ennuyait. « On fait plein de choses manuellement pendant la formation, mais en boutique, tout est automatisé ».

Envie de fabriquer

Pour combattre son ennui, elle pratique la peinture et la sculpture pendant ses loisirs. « C’est sûr que j’ai été mal orienté. J’aurais dû faire une école d’art ». Mais art = métier « crève la faim » est encore bien ancré dans les esprits.

En 2006, elle fait un stage de sculpture sur bois avec un artisan chausseur. Elle craque ! « J’adore les chaussures. J’en ai toujours plein, partout. Ça faisait 10 ans que je cherchais un métier qui me collait mieux à la peau. J’aimais les volumes, les couleurs, la texture des cuirs. J’ai décidé de me lancer. Mais ce n’est pas simple quand on a 30 ans et qu’on est une femme !».

Le cuir, c’est apaisant

Cet engouement pour le cuir, elle l’explique aujourd’hui par des souvenirs liés à l’enfance. « Après coup, je me suis rendue compte qu’il y avait un sellier en face du chalet où nous passions nos vacances et j’ai associé ces odeurs de cuir à la sérénité des vacances. Pour moi, c’est apaisant ».

Elle suit une formation spécialisée à Romans. « J’ai fait 2 mois de stage chez un bottier à Saumur qui travaillait pour les cadres noirs et 2 autres mois chez un chausseur qui faisaient des chaussures de montagne. Mais cette 2e expérience m’a permis d’éliminer ces articles. Il faut travailler du cuir trop dur ».

A Basse-sur-le-Rupt

Petit à petit, elle achète son matériel d’occasion, un banc de cordonnerie, 2 machines à coudre et un outillage spécifique.

Originaire de Remiremont, elle a une opportunité d’acheter un petit chalet à Basse-sur-le-Rupt et s’y installe. « Mon banquier m’a suivie dans l’aventure ».

Et aujourd’hui, elle a un petit chalet de bois comme atelier et une pièce  qui a été aménagée comme boutique. Et elle organise régulièrement des expositions vente.

Ethique du naturel

« Je fabrique des modèles qu’on ne trouvent pas avec une éthique qui tend vers le bio, explique-t-elle. J’utilise de beaux cuirs d’agneaux de France avec une traçabilité. Je prépare pour la rentrée des modèles en cuir de veau, travaillé mouillé et tiré sur la forme ».

Elle fait des escarpins avec un talon stable de 4,5cm, des modèles sobres, de la chaussure classique habillée. Elle a aussi un modèle de ballerine montante sans couture avec un talon de 2 cm. « En industrie, on ne trouve pas ces modèles car il y a trop de chute dans le cuir », précise-t-elle. Elle fait également pour la saison des sandalettes. « Pour du sur mesure, il faut en principe compter 4 semaines de délai liées à l’approvisionnement».

Des accessoires

Pour agrémenter ces créations, elle suggère des guêtres colorées en soie qu’on peut changer en fonction de son humeur ou de la température. « Le matin en ce moment, il fait froid mais à midi, vous commencez à cuire dans vos chaussures. Avec des guêtres, vous les enlevez et les mettez dans votre sac à main ».  Ce système commence à prendre le pas sur les bottes pour l’hiver aussi. « On me commande une chaussure légèrement montante et on installe dessus une guêtre en cuir qui peut être enlevée».

Des Salons limitrophes, New-York en 2014

Dans les pièces de cuir restantes, elle a imaginé des bracelets ciselés ou des serre-tête. Elle fait encore pour assortir des pochettes en cuir et sacs de toutes formes. Et en hiver, Claire Choffel propose des caches épaules en fourrures.

Elle est présente sur les Salons du Luxembourg, de Suisse et d’Allemagne et envisage l’Italie et New-York pour 2014. « J’ai besoin de sentir quelque chose de moteur et on a cette perception à New-York. La France semble un peu engluée en termes d’avancées économiques ». Claire Choffel ne regrette pas son choix qui lui fait vivre des expériences fortes et des rencontres intéressantes. Elle vous attend les 2, 3, 6, 7 et 8 mai prochains à Basse-sur-le-Rupt.

www.chaussures-klair.over-blog.com

Klair with a K

94, impasse des Fougères

88120 Basse-sur-le-Rupt

06 62 58 09 21

Boutique ouverte en exposition vente

Jeudi 2 mai : 9h à 11h30

Vendredi 3 mai : 9h à 15h

Lundi 6 et mardi 7 mai: 14h à 19h

Mercredi 8 mai : 9h à 12h

 

 

Commentez l'article »