Cornimont – La 17e Biennale, l’art de la diversité …

B.Boulay 5 mai 2016 0
Cornimont – La 17e Biennale, l’art de la diversité …

Liberté d’expression, de support et de thème pour cette 17e Biennale, ce qui donne un bouquet de diversité ! 42 exposants du Grand Est ont livré quelques-unes de leurs oeuvres au regard du public. A chacun son univers, sa démarche et sa sensibilité, pour créer des émotions  si subjectives. A voir jusqu’au 8 mai.

Dans cette immense salle, le soleil inonde la transparence et culmine sur quelques oeuvres au hasard des heures. Sous les grandes arcades rouges, les perspectives se tracent … Des photos aux sculptures et vitraux, il y a tout un cheminement du réalisme à l’abstrait.

A l’affût …

A droite, on est happé par les photos animalières de Cédric Join. Des moments saisis après des heures d’affût, des images fortes d’attendrissement et d’émerveillement. En face, les natures mortes de Mario Zanchetta en bleu, blanc et rouge. Un artiste dont les contrastes, le choix minimaliste, les lignes épurées sont connus.

Détourner les objets usuels

Sur le mur, les mouvements cherchent à sortir du cercle, entraine la vague ou rayonne en faisceaux, un autre style ! Mouvement toujours avec l’anamorphose d’André Hoblingre et ses illusions optiques. L’artiste est fasciné par l’image que nous retransmet notre oeil. Il joue avec un miroir courbe qui déforme et détourne les objets usuels, mais les restitue fidèlement sous un certain angle. Relativité …

Mouvements trompe-l’oeil

Quand l’image est-elle déformée ? Qu’est-ce qui est vrai ? Fascinants ces trompe-l’oeil … mais alors la vision des visages de Picasso et leurs facettes multiples, ne devient plus si absurde … ou les géométries de Vasarely, une recherche de compositions à l’infini. Amusant !

Le détail parlant

Son voisin fonctionne plus à l’instinct. Il fait de la marqueterie et crée une série en 3D, où les oiseaux en bois sont prêts à s’envoler de leur perchoir. Lui se passionne à rendre le détail parlant.

Du local à l’exotisme

On a aussi du local, des bois rectilignes où niche la chouette, des bois en tas, en rondins tous semblables, et puis de l’exotisme, des visages d’ailleurs, des formes qui esquissent la volupté, des collages qui remontent du 1er plan vers les fonds, mêlant messages, traits et applats. Mais où sont les droits des femmes ?

Perspectives fuyantes

Des couleurs qui s’entrechoquent ou s’exhalent, des contrastes poignants, des voyages ou  des  rivages multiples, des silhouettes qui forment une sphère. Une expo où le sens se dilue dans la relativité, où les symboles exacerbent le quotidien,  des perspectives fuyantes, à vous de choisir votre chemin !

Commentez l'article »