Domfaing – Sauvetage d’un âne et d’un cheval prisonniers d’une fosse

B.Boulay 17 novembre 2017 0
Domfaing – Sauvetage d’un âne et d’un cheval prisonniers d’une fosse

Ce soir vers 17h10, un cheval et un âne étaient à l’abri sous un hangar, 3 route de Saint-Dié quand le plancher a lâché. Ils se sont retrouvés coincés dans une fosse en contrebas. Les secours ont mis 5h à les en extraire.

Les propriétaires, des Belges, avaient trouvé qu’il commençait à faire froid dans les pâtures et ils avaient abrité leurs animaux, un âne et un cheval dans le hangar où ils stockent le foin. Mais le plancher a cédé sous leur poids et ils se sont retrouvés à l’étage d’en dessous coincés dans une fosse où ils ont dû patienter 5h avant que les secours ne parviennent à les sortir.

Des experts animaliers et l’équipe de déblaiement

Une vingtaine de pompiers sont engagés, dont un référent animalier, Francis Dulot,  une vétérinaire des sapeurs pompiers de Thaon-les-Vosges, l’équipe de sauvetage Déblaiement (4), des équipes de Bruyères, Ban-de-Laveline, Épinal et Gérardmer. Une opération de secours comme celle-ci est spectaculaire car il faut des moyens de levage efficaces sans trop effrayer les animaux, ni blesser les hommes.

Un trépied moins lourd pour treuiller l’âne

Les sapeurs pompiers sous l’autorité du chef de groupe, le lieutenant Jean-Paul Bernardin de Sainte-Hélène et du commandant Stéphane Eslinger, avaient emprunté un manitou, mais avec le poids, l’engin est passé à travers les planches. Ils lui ont préféré un trépied moins lourd et un tire fort pour treuiller le premier animal. L’âne qui est âgé d’un peu plus de 2 ans, pèse 150k et le cheval en fait 450 kg. Tous 2 étant recroquevillés dans une fosse de 1,50m, ce n’était pas une mince affaire !

Ankylosé, l’âne ne pouvait plus se tenir sur ses pattes

Les pompiers ont demandé des couvertures. Ils ont couvert les yeux du cheval qui affolé, essayait de botter. Les hommes ont dû se mouvoir dans la fosse avec les 2 bêtes pour installer les sangles sous le ventre et le poitrail de l’âne. L’animal coincé là depuis des heures, était ankylosé et ne parvenait plus à se maintenir sur ses pattes. Les pompiers ont dû le soutenir pour l’emmener hors du hangar. Il a été réhydraté, pansé pour le rassurer. Les propriétaires ont massé ses pattes un peu faibles. Il lui fallait un peu de temps pour retrouver ses esprits, mais il semble qu’il aille bien.

Le bras téléscopique pour le cheval

Sortir le cheval est une autre paire de manche,  puisqu’il occupe déjà presque toute la place. Abandonnant le trépied qui gênait leurs mouvements, ils ont repris le manitou gentiment prêté par l’entreprise voisine et utilisé son bras téléscopique. Le cheval a eu droit à un sédatif pour qu’il ne risque pas de blesser un homme, parce qu’il commençait à s’énerver de toute cette agitation autour de lui. Une fois sanglé, le bras a fait la manoeuvre et les hommes n’ont eu qu’à équilibrer cette masse inerte.

Les secours étaient déjà venus

Un second vétérinaire de Gérardmer est venu renforcer l’équipe. Ils attendaient que le cheval se réveille pour voir s’il s’en sortait sans trop de dommages. Il n’avait pas de fracture, mais le cheval étant un animal fragile, il était un peu tôt pour dire s’il était vraiment sorti d’affaire. L’opération s’est terminé vers 23h30. Mais les vétérinaires et les gendarmes sont décidés à exiger des propriétaires, des installations plus conformes. Il semble que ça ne soit pas la première fois que les secours interviennent dans cette ferme. Ils étaient venus en été au secours d’une jument coincée dans le ruisseau.

Dimanche

Les animaux ont bien récupéré. Ils sont en bonne santé et leur mésaventure n’est plus qu’un mauvais souvenir.

 

 

Commentez l'article »