Épinal – Les Jeunes Agriculteurs en quête des origines !

B.Boulay 8 avril 2017 0
Épinal –  Les Jeunes Agriculteurs en quête des origines !

Ce matin, les jeunes agriculteurs étaient à Carrefour et Leclerc pour vérifier que les produits lait et viande mis en rayon étaient bien étiquetés avec une origine clairement identifiable. Un décret rend l’indication de l’origine obligatoire depuis le 1er janvier 2017.

« Cette opération est pédagogique, explique Yohann Barbe, président des JA. L’indication de l’origine du lait et des viandes dans les denrées alimentaires pré-emballées dès lors qu’il y a plus de 8% de viande et 50% de lait, est obligatoire, mais les grandes surface invoque les stocks pour s’y soustraire. Cet étiquetage est en expérimentation jusqu’au 31 décembre 2018. Pendant cette durée, nous organiserons des contrôles, pour vérifier que la loi est bien appliquée et faire pression si ce n’est pas le cas« .

Assurer les contrôles d’étiquetage

Les JA font les rayons lait et viande et font remonter les non conformités à la direction, pour que l’enseigne demande aux producteurs de modifier leur étiquetage. Le distributeur s’il met en rayon des produits laitiers et de la viande non étiquetés se met en infraction. Les contrôles du jour ont prouvé que les marques dans l’ensemble avait appliqué l’étiquetage adéquat. Par contre, certains produits carrefour n’indique pas la provenance. Pour le lait, la provenance est bien indiquée sur la bouteille mais n’apparait pas à l’extérieur du pack.

L’obligation d’indiquer l’origine devrait être étendue

Les JA veulent que cette expérimentation puisse se faire dans de bonnes conditions car à l’issue, l’obligation d’indiquer clairement l’origine devrait être étendue à d’autres produits et d’autres pays qui suivent de près cette initiative. « La direction des fraudes ne fera pas de contrôles avant 2018 mais c’est trop tard« , estiment les JA, qui ont décidé d’assurer eux-mêmes ce suivi qui fait défaut.

La marque de consommateurs C’est qui le patron ?

Initiative intéressante, Carrefour distribue la marque des consommateurs « C’est qui le patron ?« qui fait de la vente directe de produits locaux selon les règles du commerce équitable. Ce lait rémunère au juste prix son producteur, offre 3 à 6 mois de pâturage, du fourrage local et une alimentation saine. Vous le payez à,99ctmes au lieu de 0,69ctmes pour une garantie de qualité.

Du lait vosgien pour la fin de l’année ?

Les JA cherchent des industriels prêts à travailler comme un intermédiaire avec une marge modérée et ils ont bien du mal à en trouver, parce que c’est qui le patron concurrence les marques qu’ils représentent. Ils espèrent trouver et pouvoir développer une production « c’est qui le patron » vosgienne pour la fin de l’année. Même démarche avec « Coeur de gamme » pour la viande locale. La production vosgienne représente 1/3 de la consommation.

Les premiers prix pêchent

Le directeur de Carrefour, Pascal Sand Homme, accepte de venir en discuter. Il a conscience que l’étiquetage n’est pas parfaitement en conformité. « La plupart des produits sont estampillés, mais sur les premiers prix, tout n’est peut-être pas encore étiqueté correctement, concède-t-il, mais c’est pour ça que nous rencontrons à chaque opération, les Jeunes agriculteurs pour faire remonter les défaillances de manière à ce que ce soit corrigé. c’est comme ça que nous allons progresser ».

Faire bouger la filière

Ce qui ne l’empêche pas d’être également en infraction, mais il y a une certaine tolérance les premiers mois pour donner le temps aux industriels de refaire leur étiquetage. « C’est un argument de vente et le fait de sensibiliser le consommateur va faire bouger la filière, si elle ne veut pas voir ses produits rejeter. L’action des jeunes agriculteurs montre qu’il faut aller plus loin dans l’engagement. ON est sur le bon chemin ».

Offre locale et diversifiée

Il réaffirme la volonté de Carrefour de travailler avec des producteurs locaux et de diversifier au maximum l’offre pour offrir au consommateur un réel choix. A Jeuxey, Carrefour met en gondole de l’agneau lorrain, des produits Bleu forêt ou Forê, des images d’Épinal. « Même si on vend peu, c’est intéressant d’avoir une offre locale et diversifiée« , souligne le directeur, en suggérant que les Drive mettent aussi en valeur l’offre régionale.

http://www.actu88.fr/agriculteurs-en-colere-non-aux-soldes-sur-les-produits-laitiers/

 

Commentez l'article »