Épinal – Les réfugiés font le siège de la préfecture !

B.Boulay 27 juin 2017 0
Épinal – Les réfugiés font le siège de la préfecture !

Alors que le préfet organisait ce soir une cérémonie de naturalisation, les déboutés et réfugiés politiques avaient installé « la Jungle d’Épinal » devant l’entrée des salons de la préfecture. Ils réclamaient qu’une délégation soit reçue par le préfet. 165 personnes étaient là à demander juste le droit de vivre dans la légalité.

Engagé dans des procédures de demande d’asile depuis des années, ils veulent juste avoir le droit de vivre en France. Les enfants sont nés en France. Ils vont à l’école, mais les familles sont ballotés de recours en recours et sont dans la clandestinité forcée. 130 familles sont venues. La plupart sont menacées d’expulsion après 5 à 8 ans en france, alors que les parents ont des promesses d’embauche. Des associations et des syndicalistes étaient là en soutien.

Sa vie, il l’a faite en France !

Mohamed Lahmari, président de l’association Franco-Algérienne vient au nom de Mohamed Dridi menacé d’expulsion alors qu’il vient d’avoir 19 ans. Il est venu avec sa mère, mais elle est partie avec un autre homme, qui ne veut pas de lui. Il se retrouve seul, mais il a une promesse d’embauche et ne veut pas partir.

Depuis 8 ans, il se bat pour des papiers …

Abdelaziz Filali raconte qu’il est du plateau de la justice et qu’il connait ces personnes menacées d’expulsion, qui vivent dans la précarité depuis des années parce qu’en tant que demandeurs d’asile, on n’est rien ! Il parle d’un Kosovar d’une trentaine d’années, qu’il aide. Il a 3 enfants et il est en France depuis 8 ans. Depuis 8 ans, il se bat pour obtenir des papiers.

Ceux qu’on veut expulser

Karim Delmi, chargé de mission d’Est Solidarité aux Étrangers cite l’exemple de ces 2 frères arrivés en France comme mineurs isolés. Ils ont aujourd’hui 14 et 18 ans et celui de 18 ans devenu majeur est menacé d’expulsion. Mais à l’âge où l’on se construit, ils n’ont connu que la France. Tous leurs amis sont Français … Ou encore cette famille serbe de réfugiés politiques qui a été régularisée. Ils sont 8 personnes, mais on veut expulser la mamie qui arrive de Serbie, parce que là-bas pour les Serbes d’origine Rom, c’est la chasse aux sorcières !

Ils viennent d’ailleurs comme ceux qu’on vient de naturaliser

Des histoires comme ça, ils en ont à la pelle  toutes plus désarmantes. Mais aujourd’hui les familles sont venues. Si on a un semblant d’humanité, on ne peut pas leur dire : repartez dans votre pays en les regardant droit dans les yeux ! Ils sont Algériens, Marocains, Sénégalais, Serbes, Arméniens, Alabanais, tout comme ceux qui viennent d’être naturalisés.

Presque toutes assignées à résidence

« Les dossiers ont été mal constitués. Les récits de vie ne sont pas correctement traduits. Du coup, l’urgence de la situation n’apparait plus. Sur ces 130 familles, presque toute sont assignées à résidence et doivent aller pointer tous les jours. La fédération médico-sociale ne leur fait pas connaitre leurs droits. On les intimide pour les obliger à retourner dans leur pays. j’ai été témoin de discrimination au bureau 10″.

Rendez-leur leur dignité

Est Solidarité demande que les dossiers soient réétudiés au cas par cas, pour que ces familles puissent sortir de la précarité. L’association veut faire connaitre ces drames de la vie et ce qu’on les oblige à vivre … Ils veulent qu’on les voit, parce ce ne sont pas que des dossiers. Ce sont des hommes, des femmes et des enfants en détresse ! L’association dénonce la discrimination. « Les étrangers sont une richesse, rendez-leur leur dignité ! ».

 

 

Commentez l'article »