Épinal – Une plaque en l’honneur des archers Reine et Robert Froment !

B.Boulay 23 janvier 2018 0
Épinal – Une plaque en l’honneur des archers Reine et Robert Froment !

Ce soir dans la salle de Tir à l’arc de la Halle des sports, Michel Heinrich dévoilait une plaque en l’honneur Reine et Robert Froment, maintes fois médaillés et à l’origine du Club de tir à l’arc d’Épinal.

C’est en présence de leur fils très ému et de leur petite fille que Michel Heinrich a fait tomber le voile, … mais sans décocher de flèche ! La section Handisport était présente aussi.

13 médailles

Reine Froment est arrivé au Club en 1967. Elle est devenue vice-présidente, puis présidente 4 ans plus tard. Elle sera fidèle au poste pendant 30 ans ! Elle sera capitaine de compagnie en 2000 et décrochera 4 médailles d’Or, 7 d’argent et 2 de Bronze. « En 1989, Reine Froment est lauréate de la ville », précise le maire d’Épinal.

5 championnats de France et un du monde

Elle sera vice-présidente de Lorraine  et prendra sa place au conseil supérieure. « Reine Froment était très investie au niveau local. Elle a organisé 5 championnats de France dont un à la Colombière et un championnat du monde à l’aérodrome de Dogneville ! « On a même dû chercher en catastrophe l’hymne chinois et ici, je peux vous dire que ce n’est pas facile à trouver ! » se rappelle Michel Heinrich.

« On ne pouvait les imaginer l’un sans l’autre »

C’est encore elle qui lancera le 1er concours de Tir nature au fort de Sanchey. Son mari, Robert Froment entre au Club 4 ans plus tard en 1971. Il assure les fonctions de trésorier, puis de vice-président aux cotés de son épouse. « Je garde d’eux, un souvenir extraordinaire, confie le maire. On ne pouvait imaginer l’un sans l’autre. Elle avait du charisme, une autorité certaine et une détermination sans faille, lui était plus discret« .

Ils ont créé l’école de Tir

Ce sont encore eux qui créent l’école de Tir à l’arc et Michel Heinrich se déclare fier d’honorer « ce couple hors normes qui a fait la ville« . Pour l’actuel président du Club, François Perrin, ils étaient « AIOP », Athlètes, lui était arbitre, Instructeurs et impliqués, Organisateurs hors pairs et P pour président ! »

Cordes sensibles …

Pour le fils qui ne pratique pas le tir à l’arc, il y a la logistique !  « Ma mère allait jusqu’à emmener son piano en compétition, raconte son fils. Elle était volontaire, autoritaire mais juste ! Mon père était tatillon », mais tous 2 avaient plus d’une corde à leur arc et sans conteste, ils faisaient flèche de tout bois ! Reine Froment est décédée le 27 décembre 2015, à 89 ans, 4 ans après son mari.

 

Commentez l'article »