Gérardmer – Vagabondages artistiques, vous trouverez chaussures à vos pieds …

B.Boulay 13 juillet 2017 0
Gérardmer – Vagabondages artistiques, vous trouverez chaussures à vos pieds …

Vagabondages, errance, exil, flânerie, rêverie, pérégrination, migration, … À chacun de trouver son voyage dans la mouvance d’un monde en mutation, d’une région qui s’esquisse. 24 artistes pour une symphonie multiple à découvrir du 12 juillet au 12 août à l’Espace Tilleul.

Vagabondages des couleurs et des formes pour Christiane Felix, vagabondages des matières, entre fil et tissage en bonne terre textile. Vagabondages entre filage, faufilage, surfilage, effilage, Alexandra Rudatis décline son voyage en courbes sinueuses et froissement des matières, niveaux ondulants de réalités estompées, horizon d’un ailleurs qui recule sans cesse.

Un petit pas pour l’homme…

Vagabondages des superpositions, des empreintes, des traces, un petit pas pour l’homme, un grand pas pour l’humanité ! Échassiers futuristes, les silhouettes éthérées de Nine Lecuyer mettent leur pas dans ceux d’Amstrong. Le monde est en mouvement mais adapter ses pas demande de l’entraînement. Pour Anne Gehin, entre racines et lianes, l’humain fluctue au gré des influences.

Empreinte épurée d’une bulle égarée

Vagabondages dans la forêt pour capter ces créations mystérieuses de formes érodées et rendre de la pointe du ciseaux l’envolée effrénée des oiseaux prédateurs. Vagabondage des traces, pulvérisation des lignes, empreinte épurée d’une bulle d’air égarée, fêlures de l’être tiraillé entre terre et ciel. Annie Tremsal cultive l’abstrait pour percevoir le sens intime des équilibres existentiels.

Femme contre vents et marées

Femme qui lutte contre vents et marées, Élisabeth Dumoulin, femme jusqu’au bout des doigts résiste. Si le vent la dénude, elle reste debout, flexible, elle ploie mais sans rompre ! Peut-être devra-t-elle dériver, mais elle relèvera la tête ! Vagabondage des muses, libertinage des amours effrontés, vagabondages au coeur des époques et des inspirations avec les portraits de Martine Junier, pour rebasculer à l’ère des Selfy avec Marylène Colignon.

En pleine éclosion de la création

Daniel Canton fait ressurgir les souvenirs, Claude Semelet se perd dans le vert à en être pris de vertige, mais qu’est-ce qui fait tourner le monde ? Au centre, on est en pleine éclosion de la création avec un voyage au pays de la « zenitude », mais les masques sont tellement polis qu’ils en perdent leur humanité et entrent dans le sacré.

Place à l’inattendu

Quant aux sculptures de Fabienne Hachet, elles s’appuient au mur pour repousser les limites et célèbrent l’avancée. C’est en noir et blanc, qu’Anne Huppert voit l’avenir, absorbée par le trou noir pour mieux transcender la luminosité. Les contours s’estompent, laissent place à l’inattendu, à l’inconnu. La foule est en marche, foule sentimentale !

Entrée libre tous les jours de 10h à 12h30 et de 14h à 19h.

Renseignements, contact : entrelacs.88@gmail.com +33 6 89 17 7017

Commentez l'article »