Journée mondiale des réfugiés – Alain Gomez brandit l’article 13 !

B.Boulay 21 juin 2017 0
Journée mondiale des réfugiés – Alain Gomez brandit l’article 13 !

Pour cette journée mondiale des réfugiés, Est Solidarité aux étrangers avait invité Alain Gomez qui a traversé le détroit de Gibraltar à la nage avec Maria Guerra en canoë, pour dénoncer l’absurdité de cette fermeture des frontières meurtrière !

Ils soutiennent les réfugiés ! Et pour défendre le droit à circuler librement sur la planète, ce fameux article 13 de la déclaration des Droits de l’homme, ils ont décidé de faire eux-mêmes cette traversée, l’un à la nage, l’autre en canoë. 18km, 5h et un entraînement de 2 ans pour le statut de citoyen du monde ! Mais eux ont terminé cette traversée reconnue comme une des plus meurtrières, vivants.

Des hommes, des femmes et des enfants en danger

Cet article prouve que ce droit de circuler est un droit fondamental. Mais ce droit est refusé aux migrants ! Pourtant s’ils bravent la mort, c’est qu’elle est une alternative préférable à ce qu’ils vivent. Ces gens sont des hommes, des femmes, des enfants et même des bébés en souffrance et en détresse !

23 000 personnes sont mortes à nos frontières

Est-ce que l’on peut encore se regarder en face et ne rien faire ? Alain Gomez et Maria Guerra, co-responsables d’Emmaüs Saint-Étienne ont répondu Non ! Ils sont partis de Tarifa en Espagne et ont gagné Tanger au Maroc pour attirer l’attention sur le sort des migrants. Ils dénoncent la fermeture des frontières qui provoquent des morts, parce que ces gens là ne peuvent pas rester chez eux !

Rien ne pourra les arrêter …

Ils passeront quand même, parce qu’ils sont en danger et rien ne pourra les arrêter ! Alain Gomez dénonce l’absurdité de ces politiques migratoires européennes qui conduisent à des drames. On nous oppose des raisons de sécurité. Mais sécurité de qui ? de quoi ? Sûrement pas des migrants ! Le conférencier a décidé de refuser l’inacceptable et de le dire haute et fort !

Les expulser coûte beaucoup plus cher

Ou des raisons économiques ? Mais là encore c’est absurde ! « Un migrant que l’on reconduit à la frontière coûte 30 000€. Avec cette somme, il y a de quoi faire pour l’accueil de ces familles. Quand ils sont incarcéré parce qu’ils refusent de partir, c’est 500€ par journée ! », argumente Alain Gomez.

Frontex dispose de 330M€

Frontex, organisation qui empêche les migrants de débarquer sur nos frontières  a 330 M€ de budget et Aquarius qui les sauve, fait appel au financement participatif. Une journée coûte 11 000€. « Et il faut se préparer à une nouvelle vague des réfugiés climatiques », rappelle Alain Gomez.

Des familles ont reçu leur ordre d’expulsion

Dans les Vosges, une centaine de personnes ont reçu des avis d’expulsion au 19 juin. Ils doivent s’enfermer chez eux pour ne pas se faire arrêter. Beaucoup ont plus de 5 ans sur le territoire, des enfants scolarisés et du travail ! « Mais l’administration fait pression. du chantage en les menaçant de ne pas étudier leur dossier, s’insurge Karim delmi. Nous ne sommes pas contents de la réponse des services de la préfecture qui avait promis de revoir une centaine de dossiers, mais n’en a vu que quelques uns« .

Pétition Stop aux politiques meurtrières et pour l’article 13 : http://article13-emmaus.wesign.it/fr

Commentez l'article »