La zone Cap Vosges de Damblain dans les starking blocs

B.Boulay 21 septembre 2013 0
La zone Cap Vosges de Damblain dans les starking blocs

La zone Cap Vosges était inaugurée hier après-midi. Certifiée Seveso seuil haut, reliée fer et route, proche des aéroports, avec 4 voies de 750m, elle attend les investisseurs. Les Vosges et son partenaire de la Haute-Marne y croient !

La zone Cap Vosges a coûté 34M€. Elle a été controversée, mais elle est inaugurée et les 2 départements à l’initiative du projet entendent bien la porter haut et loin, même si ça doit demander un peu de temps. « On a dit tant de choses ! rappelle Christian Poncelet, président du Conseil général des Vosges. Quand vous responsable, vous faites des choix, vous les assumez et vous affrontez l’animosité au nom de l’intérêt général ».

Ancienne base de l’Otan

En 2004, cette ancienne base de l’Otan semblait une aubaine pour les Vosges et la Haute-Marne. Les 2 départements perdent chaque année des milliers d’emplois et doivent batailler, pour continuer à garder une activité économique dynamique.

L’espace de 300 ha permet d’envisager l’accueil d’activités logistiques d’envergure et son positionnement est idéal. Située au cœur du nœud de fret européen, sur l’axe Nord-sud, la zone n’est ni trop proche ni trop éloignée des grandes villes.

Deret promettait 1500 emplois

En 2004, la logistique était en plein essor. Le groupe Deret-Prologis avait des vues sur la zone, pour implanter une plateforme logistique d’envergure internationale, et des exigences fortes, mais il promettait d’investir 300M€ et de créer 1500 emplois. « C’était une opportunité de développer les emplois dans une zone dévalorisée, défend Christian Poncelet. Nous l’avons saisie ».

Mais la crise est passée en 2008. Deret s’est installé dans l’Aube et Cap Vosges attend encore ses occupants.

Certifiée Seveso seuil haut

La plateforme Cap Vosges est certifiée Seveso seuil haut.

Multimodale, elle est proche des 3 aéroports (30mn d’Épinal-Mirecourt, 1h15 de Nancy-Metz, et 2h du Luxembourg), à 6km de l’A31 par l’embranchement de Robécourt et  à 30 mn du triage ferré.  L’installation permet un trafic d’au moins 15000T par jour de marchandise à partir de 4 voies de 750m. Le développement futur de l’activité a été anticipé et il sera possible d’aller jusqu’à 15 voies.

Seul parc entièrement relié au réseau ferré

C’est le seul parc d’activité de France totalement raccordé au réseau ferré ! Un atout qu’elle entend valoriser.

« Nous avons été audacieux et volontaires et nous nous réjouissons de cette réalisation », déclare le président vosgien.

Installation rapide, performances et pas chère !

De la surface disponible, pas de contrainte d’urbanisme pour que les entreprises puissent obtenir les autorisations d’implantation en moins de 6 mois, des réseaux performants et le très haut débit (100 gigas),  l’ensemble pour un tout petit prix de 5 € au m2 ! Des arguments qui devraient convaincre et compenser le relatif isolement du secteur.

Le pari sur l’avenir

« Nous avons pris une décision lourde, reconnait Bruno Sido, président du Conseil général de Haute-Marne, parce que la situation de l’Ouest vosgien et de l’Est haut-marnais est en difficulté. Les conseils généraux sont critiqués par les gens qui pensent que la France se résument aux grandes villes. Nous avons défini une stratégie porteuse et nous la mettons en œuvre. Si nous avions attendu d’avoir la certitude qu’une grande entreprise s’implanterait pour y aller, nous aurions  encore perdu 10 ans. Nous avons fait le bon choix. La zone correspond aux attentes. C’est clair, qu’on peut se poser des questions, mais nous avons parié sur l’avenir. »

Des pistes …

Christian Poncelet laisse transpirer quelques pistes. Cap Vosges intéresserait 2 grands ports maritimes en recherche d’une base arrière logistique, des logisticiens qui cherchent une plateforme de stockage, des investisseurs immobiliers pour une opération foncière et également des petites entreprises locales.

Et certainement la Chine, puisqu’une délégation de l’ambassade de Chine à Paris était présente…

1 des plus grosses enveloppes de l’État pour 1 seul projet

« Le défi se décline en termes de compétitivité et nous sommes à Damblain, pour créer les conditions de l’envol de nouveaux projets innovants », assure Jean-Pierre Moinaux, conseiller régional Lorrain. Et l’État y a mis 11 M€ ! « 1 des plus grosses enveloppes pour 1 seul projet en aménagement du territoire, souligne le préfet, Gilbert Payet confirmant que « L’État sera à vos cotés pour accueillir les entreprises « 

Commentez l'article »