Le bois et l’agroalimentaire au Menu

B.Boulay 22 novembre 2012 0
Le bois et l’agroalimentaire au Menu

Deux filières qui interpellent Stéphane Le Foll, ministre de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt, présent lors des rencontres régionales de Lorraine. Organisées mardi après-midi à l’hôtel de région, elles préparent la future loi d’avenir pour l’agriculture.

 

« On ne peut pas posséder la 3e forêt d’Europe et laisser la transformation aux autres pays, s’insurge le ministre, déplorant une balance déficitaire de 6 milliards d’euros (en 2011). J’ai vu des containers qui partent en Chine avec des billes et reviennent avec des meubles ». Rendre de la marge et de la rentabilité à ces deux filières représente « un enjeu considérable » pour la Lorraine, comme le souligne Jean-Pierre Masseret, président de région en ouvrant ces rencontres.

De très petites entreprises

La lorraine se situe au 2e rang des régions forestières et se place en tête pour le hêtre.

La filière bois compte 22 900 emplois et 3 700 entreprises, dont la moitié se situe dans les Vosges. Ce sont surtout de très petites entreprises, 50% n’ont pas de salarié. L’industrie du papier et du carton fait exception avec une majorité d’établissements de plus de 50 employés.

La France importe 3 millions de m3 de sciage de résineux et le bois énergie représente 6% de la consommation d’énergie en France.

Cibler et investir

« La ressource est là,  analyse Stéphane Le Foll. Nous avons un déficit des PME capables d’innover et d’exporter. Notre faiblesse est là ! Nous pêchons au niveau de la marge de l’entreprise et de la capacité d’autofinancement. On a un manque d’investissement, mais on a de l’épargne. Donc, il faut identifier des priorités et amener l’épargne pour développer ces productions ».

La réponse vaut pour la problématique du secteur agroalimentaire. « Vous êtes les acteurs de ces secteurs. Vous êtes ceux qui savaient, poursuit le ministre. Définissez des stratégies, mettez en œuvre des perspectives nouvelles qui génère de la valeur ajoutée ».

Sécuriser les approvisionnements

S’appuyant sur l’exemple de la scierie visitée le matin, il  s’engage à réfléchir à des contrats pour sécuriser les approvisionnements.

Si la filière agroalimentaire a eu le temps de présenter un condensé de situation et deux exemples d’entreprises performantes, elle a été un peu frustrée de n’être que la 2e roue du chariot. L’industrie des viandes compte le plus grand nombre d’entreprises. L’industrie laitière réalise le chiffre d’affaires le plus important. 7 sur les 11 plus grandes entreprises agroalimentaires, sont en Lorraine. La Lorraine a des savoir-faire, mais reste en dessous de son potentiel de développement. Dommage que l’emploi du temps du ministre n’ait pas permis le débat que certains participants espéraient !

Future loi d’avenir de la forêt

Stéphane Le Foll revendique un engagement fort sur la question forestière. Il était attendu à la porte de l’hôtel de la région par une délégation de l’ONF, inquiets pour l’avenir. Mais le ministre sollicite un délai de 6 à 7 mois pour travailler à définir des perspectives pour la forêt. Ces rencontres régionales devant faire émerger « la matière première », dont se servira la commission, pour établir la future loi d’avenir pour l’agriculture.

Commentez l'article »