Le Général Gilles Lillo inspecte le 1er Régiment des tirailleurs

B.Boulay 5 décembre 2017 0
Le Général Gilles Lillo inspecte le 1er Régiment des tirailleurs

Le Général Lillo inspecte les régiments de la zone de défense Est. Il était aujourd’hui au 1er régiment des Tirailleurs à Épinal. « Une vitrine de l’infanterie moderne du XXIe siècle », commente-t-il. Il lui faudra 2 ans pour faire un tour d’horizon complet des 30 régiments, 4 bases aériennes et 50 000 militaires.

« L’armée est en recrutement (autre que le renouvellement de ses effectifs) pour la première fois depuis la guerre d’Algérie », soulignent le Colonel Cyril Leprêtre et le Général Gilles Lillo. Le 1er régiment des tirailleurs est passé de 900 militaires en 2015 à 1200 en janvier 2018. La semaine prochaine, il accueil 50 nouvelles recrues qui viennent de toute la France et d’Outre-mer. « C’est un effort interne important car il fait les former ».

2 mois en créneau de prise d’alerte

Le Général a noté l’excellence du matériel dernier cri attribué au Régiment. De novembre à janvier, le 1er régiment est en créneau de prise d’alerte, c’est à dire qu’ils doivent être capables de mobiliser dans la journée, plusieurs centaines de personnels et le matériel nécessaire pour faire face à des conflits en opérations extérieures ou des catastrophes naturelles. Après janvier, le flambeau passera à un autre régiment.

Prochaines Opex

Les prochaines opérations extérieures concerneront la mission barkhane au Mali, les Antilles, de l’assistance opérationnelle au Burkina Faso, au Gabon et au Sénégal. Djibouti est au programme 2019. « Nous continuons à travailler, explique le Colonel Cyril Leprêtre, et à entrainer nos hommes. Nous avons des unités qui repassent régulièrement en centre d’entrainement. Le créneau d’alerte, c’est à gérer en plus.« 

Un régiment qui « pèse » 30M€

« À une époque, il y avait plus de militaires que d’habitants, rappelle Michel Heinrich, maire, car la ligne de défense passait juste au dessus d’Épinal. Le 1er régiment des tirailleurs est un régiment de fortes traditions avec sa Nouba typique et la population est très liée à son armée ». Le maire ne sous-estime pas l’impact économique direct du régiment, qui pèse environ 30 M€. C’est loin d’être une bagatelle !

Commentez l'article »