Michel Heinrich – Bilan d’un député convaincu !

B.Boulay 14 février 2017 1
Michel Heinrich – Bilan d’un député convaincu !

Michel Heinrich, député de droite de la 1ère circonscription depuis 15 ans, ne se représentera pas. Avec la loi sur le non cumul des mandats, il a dû choisir entre le territoire ou les lois. Pourtant pour lui, lois et terrain se conjuguent parfaitement. Le territoire fait émerger les nécessités et permet de connecter les projets de lois au réel. Le député cède la place avec regret, mais il se concentre sur le territoire.

« Les différents travaux de cette mission m’ont tenu à cœur durant ces 15 ans de mandat », confie-t-il. 15 ans de mandat, c’est près de 350 questions écrites, des milliers d’amendements et environ 15 000 courriers et interventions diverses avec des résultats positifs, mais aussi des échecs.

Les commissions permanentes

« J’ai été membre de la Commission des affaires sociales de 2002 à 2012, puis durant le 3ème mandat, membre de la Commission du Développement durable et de l’Aménagement du territoire », détaille Michel Heinrich. Il s’est chargé de 3 rapports : l’un relatif au plan Biotox en 2004 (guerre bactériologique), le second relatif à la prévention de la toxicomanie, dans lequel il préconisait la mise en place à titre expérimental de salles de consommation, « proposition approuvée à l’époque à l’unanimité par tous les membres de la commission ».

S’inspirer des meilleures pratiques européennes

Dans le cadre de la commission d’évaluation et de contrôle de l’Assemblée, Michel Heinrich a travaillé toute une année à un 3e rapport sur la performance des politiques sociales en Europe avec un collègue socialiste, Régis Juanico. L’idée était de « s’inspirer des meilleures pratiques européennes pour améliorer nos performances sociales« . Le rapport contenait 20 propositions « pour améliorer le fonctionnement de Pôle Emploi et mieux articuler vie familiale et vie professionnelle« . Un certain nombre ont été retenues par les Gouvernements Fillon et Ayrault.

L’impact des mouvements sectaires

Membre de plusieurs commissions d’enquêtes, Michel Heinrich a travaillé sur les conséquences des mouvements sectaires sur la santé physique et mentale des mineurs. « Mon implication dans cette commission, est partie des préoccupations de la commune de Deyvillers par rapport au projet de salle du royaume des Témoins de Jéhovah. Je me souviens de très fortes émotions à l’écoute des témoignages de ces victimes« , se rappelle-t-il.

La baisse des dotations de l’État

Il a également alerté le gouvernement sur les conséquences de la baisse des dotations de l’État aux collectivités locales. Bien qu’il n’ait pas ménagé sa peine sur ce sujet, son rapport n’a jamais été publié du fait de l’opposition de la majorité actuelle. Michel Heinrich a également défendu le maintien de l’écotaxe, sans trouver d’écoute auprès du gouvernement. Il s’est investi sur d’autres sujets sensibles comme la convergence des régimes de retraite ou le dossier médical personnalisé. « Des dossiers qui m’ont beaucoup marqué », avoue-t-il.

Bioéthique, transition énergétique et croissance

Le député s’est passionné pour la bioéthique  entre 2014 et 2015. Il a apporté sa contribution à la commission sans être chargé du rapport. Participation enthousiaste également pour faire avancer la cause de la transition énergétique pour une croissance verte et la loi croissance et activités, mais il y avait plus de déception à l’arrivée. « Cette loi était un véritable fourre-tout, qui n’a pas dynamisé la croissance (1,1 % en 2016 !!!)« .

La défense des Vosges

Quant aux questions orales, elle lui permettent de défendre les intérêts de son territoire. « L’une d’elle m’a permis de faire supprimer la concurrence entre le travail des prisonniers de Saint Mihiel et celui des personnes handicapées de l’ESAT de Dinozé. J’ai pu aussi retarder de 2 ans la fin des accords multifibres dans le textile, ou obtenu le classement de quelques communes oubliées lors du séisme de Rambervillers ». C’est de l’action directe terrain.

Parfois même contre sa famille politique

Fidèle à ses convictions, il peut voter contre son groupe politique. « J’ai voté contre la suppression du juge d’instruction, explique-t-il. Nous étions peu nombreux à nous y opposer contre l’avis de notre « camp ». Mais j’avais été convaincu de son rôle après une rencontre avec les magistrats locaux et nous avions gagné ! » Contre l’avis de son groupe encore, il vote contre l’ouverture du marché de l’électricité à la concurrence et contre la fusion GDF-SUEZ, « malgré les menaces de quelques « gamins » membres du cabinet du Premier Ministre qui m’’avaient convoqué pour tenter de me faire entendre raison ! « . Pour lui, l’État doit conserver la maitrise de l’énergie. « Mais j’ai échoué« ….

La couleur humaine du travail législatif

Le contact avec le terrain lui parait une condition « capitale », pour avancer dans son travail de législateur. « C’est grâce à ces expériences que j’ai pu rédiger une proposition de loi pour exonérer les entreprises de la contribution Delalande. L’entreprise Victor Perrin en redressement judiciaire a été liquidée, car elle a été contrainte de payer cette contribution pour le licenciement de 25 personnes de plus de 50 ans. Lorsqu’on est en contact avec la population, on ne voit plus de la même façon ». La loi n’est plus une abstraction. Elle s’applique à des hommes et des femmes avec ses conséquences sur leur vie !

Tendre la main aux entreprises locales

Durant son mandat,  le député est en prise directe avec les difficultés rencontrées par certaines entreprises de sa circonscription. Il cite La Gosse, Boussac, la Poterie de Jeanménil, les Tréfileries de Conflanday ou Bihr, « entreprise pour laquelle j’ai obtenu une baisse de taxe professionnelle et un crédit d’impôt, mais ces mesures n’ont pas suffi à sauver l’entreprise. J’ai également réussi à faire rapatrier en France une chaine de production de DataTechnic bloquée en Turquie et je me souviens du beau succès de Pavatex, pour qui j’ai obtenu 8M€« .

Des souvenirs marquants

D’autres fonctions sont plus éprouvantes. « A la Trane, j’avais été sollicité pour soutenir le licenciement d’un salarié protégé, qui pourrissait le travail au risque de pousser les Américains à fermer leur entreprise française. Ceci m’a valu les honneurs du Canard Enchainé et de l’Humanité  ! ironise Michel Heinrich, droit dans ses bottes. Un épisode astringent qui côtoie d’autres plus émouvants : «  j’ai également réussi à faire déployer des moyens pour le personnel et les malades de l’Hôpital de Hanoï, où un patient était décédé du virus H5NI. Ce qui nous a permis de rapatrier dans les Vosges, un praticien spécialisé malgré le désintérêt du Ministre de la Santé et grâce à la réactivité du ministère des Affaires étrangères« .

Des relations enrichissantes

Si la vie politique est exigeante, parfois cruelle, elle offre un relationnel et une ouverture qui n’ont pas de prix. Par dessus tout, c’est l’accueil « merveilleux » qu’il a reçu de tous les élus de sa circonscription durant sa première campagne et celui de la population tout au long de ses mandats, qu’il veut garder en mémoire ! « Ces rencontres m’ont enrichi sur le plan humain et c’est le meilleur souvenir que je conserverai », conclut le député vosgien.

 






Un commentaire »

  1. DE VAUDICOURT 15 février 2017 sur 9 h 48 min - Reply

    BONJOUR,
    A un moment, il faut savoir s’arrêter… prendre du recul, analyser son propre bilan… je n’ai pas le droit de vous « juger » une autre PERSONNE plus qualifiée que moi le fera…. Ce que je retiens de VOUS, c’est votre opposition à la privatisation de l’énergie électrique , cela ne saurait être l’apanage des appétits gloutons, par contre , il en devrait être de même pour l’EAU, plus essentielle encore que la précédente , or vous n’êtes pas revenu dans votre ville sur la concession à la Lyonnaise , dommage, c’est vrai qu’un certain dirigeant était de votre famille politique… et puis c’était le « travail » de PHILIPPE, pas touche ! Et quand je vois ce qui se prépare en la matière, il y a du soucis à se faire….

Commentez l'article »