Nicolas Ivanoff : Pique et pique et voltefaces !

B.Boulay 9 mai 2013 0
Nicolas Ivanoff : Pique et pique et voltefaces !

Nicolas Ivanoff, une pointure de la voltige aérienne est passé par ici avec un Pitts*. Il repartira ce soir vers Saint-Hubert en Belgique avec son Edge* 540 relooké par une entreprise vosgienne. En après-midi, il a offert aux passionnés de l’aéroclub vosgien de Dogneville, une démonstration impressionnante !

Nicolas Ivanoff fait souvent équipe avec Jean-Paul Kieffer, qui avait fait refaire son avion … à Dogneville par Pitet Air service.

C’est donc naturellement qu’il a confié son joujou à l’entreprise vosgienne, quand il a fallu refaire la peinture extérieure et quelques réparations.

Un avion relooké

Le design a été transmis par le sponsor et chronométreur officiel, Hamilton. Les adhésifs ont été fabriqués par l’atelier Vosges gravure de Thaon-Les-Vosges et Pitet Air services s’est chargée du reste. « Il y avait une réparation du carbone et quelques modifications d’adaptation », détaille Nicolas Ivanoff.

D’un beau orange vif contrasté par le noir et l’argenté, il porte ses rouages de montres jusqu’aux cieux. Nicolas Ivanoff récupérait son engin ce week-end pour le plus grand plaisir des adhérents et des passionnés de modélisme en meeting.

Des hauts et des bas

S’il est né en Corse, Nicolas Ivanoff travaille à Saint-Hubert en Belgique comme instructeur de vol. « Mon métier, c’est d’être en bas avec la radio, pendant que les élèves volent », plaisante-t-il. La voltige est une passion, mais qu’il a d’abord commencé par bouder avant d’en reconnaître l’appel.

Posé, détendu après l’effort, il se prête au jeu des questions. « La voltige nécessite beaucoup d’années d’expérience, explique-t-il. Il faut être extrêmement précis. L’avion prend très rapidement de la vitesse. Un tonneau se fait à 430km/h. Il doit avoir exactement le bon angle, pas 1° de plus, pas 1° de moins. Il faut le bloquer pile au bon moment et repartir d’un coup pour l’esthétique de la figure ».

Pas plus de 20mn de voltige

Beaucoup de précision, de rigueur et de concentration. « C’est très éprouvant physiquement, concède-t-il. Mais si je ne vole pas, ça me manque ». Le shoot de l’adrénaline ?

 « Un vol de voltige dure 20 mn, pas plus à cause de l’effort demandé au cœur du fait des accélérations et décélérations », précise le voltigeur.

S’il échange volontiers avec les passionnés qui l’entoure, il n’en suit pas moins d’un œil attentif, le plein et les préparatifs de l’avion. Détendu certes, mais organisé et efficace.

Pitts et  Edge 540 : avions légers d’acrobatie

Palmarès

Il a participé à plusieurs championnats français de voltige, aux Red Bull Air Race et a fait partie de l’équipe de France championne du monde 2000.

Il remporte la dernière épreuve des Red Bull Air Race 2007 à Perth en Australie et s’est classé 5e en 2009.

Commentez l'article »