Nuit Debout – Comment poursuivre l’action ?

B.Boulay 2 mai 2016 0
Nuit Debout –  Comment poursuivre l’action ?

Ce soir, c’était l’heure du bilan pour choisir comment poursuivre. Épinal n’est pas Paris et tenir un tel engagement avec si peu de personnes organisatrices relève de l’impossible. Ce sera donc une seule nuit par semaine, mais une nuit qui rassemble et qui soit un terreau d’idées et d’actions.

Nuit Debout a suscité ici comme ailleurs un formidable bouillon de démocratie. Le lieu pour dire son ras-le bol, son écoeurement, sa désespérance, son impression d’être manipulé, mais en même temps, l’attente et l’espérance envers et malgré tout ! « C’est comme un grand appel d’air. Une envie irrésistible de participer à un mouvement unitaire, de libre échange (non non pas le traité !) démocratique« , témoigne Claire. Aspiration d’autres choix, mais lesquels ? s’interroge-t-on, après 2 semaines d’action.

On essaie de trouver des alternatives

« On déconstruit et on reconstruit ensemble la société moderne, poursuit Claire. C’est un partage d’informations, de témoignages, d’expériences. On dénonce l’exploitation, l’injustice et le profit au détriment des hommes, de la planète, de notre santé et notre liberté. On fait un état des lieux et on essaie de trouver des pistes de réflexion, des solutions alternatives ».

Des univers tellement différents

Ces Nuits Debout rassemblent des gens tellement différents : « Des jeunes, vieux, salariés, chômeurs, intermittents, étudiants, retraités, auto entrepreneur, SDF, de tous milieux et zones géographiques« , comme l’énonce toujours Claire, et ce sont autant de visions de la société … Ce ne sont pas les mêmes univers, mais l’idée est de trouver ce qui fait le lien entre tous, de travailler de ce qui unit, au lieu de s’attarder sur les divergences.

Une intelligence collective

De ce formidable bouillon de culture, naissent des idées nouvelles. « Compétences, affinités, expériences, envies, analyses, tout se partage. Il s’y crée de l’intelligence collective.Tout le monde apporte quelque chose! …et en tire autre chose ».« L’enrichissement du groupe peut amener à des décisions qu’on n’aurait jamais imaginé seul » et les décisions sont prises en assemblée, avec tout le monde. 

Il va falloir expliquer

Mais comment aller plus loin dans la démarche ? s’interroge le groupe des organisateurs, indépendamment de la logistique qu’il faut tenir sur la durée. Des tas de gens ne savent pas ce qu’il se passe sur cette place. « Les commerces voisins croyaient qu’on manifestait ». Il va falloir expliquer, trouver un moyen d’élargir le cercle, de le renouveler. Comment externaliser le message ?

Agir ou juste un espace d’expression

La Nuit Debout d’Épinal doit-elle rester un lieu d’émergence d’alternatives qui pourront être approfondies dans d’autres instances, ou doit-elle essayer d’aboutir à du concret. Définir un positionnement, c’est aussi exclure ceux qui n’y adhèrent pas. Et à Nuit Debout, se croisent des gens engagés, aguerris qui veulent agir et d’autres qui viennent simplement dire des choses et écouter. « Il y a les agoras, instances de paroles et les commissions pour s’engager plus en avant dans l’action ».

On ne veut plus attendre et subir

« On est à un virage bordé de haies et on ne voit pas très bien ce qu’il y a de l’autre coté. On ne sait pas ce qu’il en sortira mais on sait qu’on ne veut plus attendre et subir ». « On peut préférer rester chez soi, fataliste, passif, ou on décide qu’on n’est pas trop « con » pour proposer autre chose, ensemble. La démocratie n’appartient pas aux élites. Marre d’être réduits à des consommateurs/travailleurs ! ». « Il faut simplement répondre à la question : Que voulez-vous dans le monde de demain ? Qu’est-ce qui est essentiel ? Vous voulez du nucléaire ou non ? Par quoi peut-on le remplacer, si on répond non ?

Un laboratoire de démocratie à ciel ouvert

Autre question, pour respecter la démocratie pendant les assemblées, faut-il une régulation ? Oui, répondent certains, pour partager plus d’informations et s’écouter. « On a vu que lorsque la régulation mollissait, c’était plus difficile ». Pour d’autres,  « il faut garder une certaine spontanéité de l’expression ». « La révolution commence par soi-même. Nuit Debout, C’est ce que tous nous en faisons, tant que les principes démocratiques qui y sont à l’œuvre sont respectés. Gardons notre capacité à nous indigner! Mobilisons nous et agissons. Nuit Debout, c’est ça. Un laboratoire de démocratie à ciel ouvert », conclut Claire. Wouah, ça remet à sa place !

 

 

 

Commentez l'article »