Plan 500 000 formations – Fiitelcom et Sylvia Baret y ont trouvé leur compte !

B.Boulay 22 septembre 2016 0
Plan 500 000 formations – Fiitelcom et Sylvia Baret y ont trouvé leur compte !

Ce matin, la région et les structures d’accompagnement à l’emploi se retrouvaient chez FiitelCom à Golbey. Une jeune entreprise qui vient d’embaucher Sylvia Barret comme monteur poseur grâce au dispositif « 500 000 formations supplémentaires ». Un bel exemple du levier que peut être une formation adaptée.

Sylvia Baret, 45 ans, après un parcours de vie difficile, s’est retrouvée au RSA. Elle y restée 3 ans, sans pouvoir réussir à entrouvrir les portes de l’emploi. Pourtant, elle ne partait pas de rien. Elle avait créé une entreprise d’électricité avec cette affinité pour le BTP et les communications, puis elle avait été gérante d’un commerce. Les incidents de la vie l’avaient mise sur la touche et malgré ses efforts, elle ne parvenait pas à convaincre les entreprises qu’elle était celle qu’il leur fallaitt … jusqu’à la rencontre avec Yilmaz Demir, dirigeant de FiitelCom !

Le Savoir être plus que le Savoir faire

FiitelCom, entreprise spécialisée dans les réseaux électriques et de communication, est créée depuis 2013. Elle a triplée son chiffre d’affaires en 3 ans et elle est passée de 5 à 20 collaborateurs. FitelCom a du mal à trouver des personnes qualifiées. Quand Sylvia Baret se présente dans le cadre de ce dispositif, il sent sa détermination à réussir. Prête à renverser les montagnes pour s’en sortir, elle pourrait avoir l’énergie nécessaire au développement de l’entreprise. « L’être » a convaincu. Il a accepté un stage en immersion. 1h de découverte du métier, un entretien, une intégration immédiate !

J’ai pris des risques

Yilmaz Demir a décidé de lui donner sa chance. « J’ai pris des risques, explique-t-il. Sylvia Baret n’avait aucune expérience du métier. C’était une femme pour un métier essentiellement masculin et c’est un poste qui demande de la mobilité et n’est pas tellement conciliable avec une famille ». Sylvia effectue 2 stages de 15 jours par rapport à la fibre optique. « J’ai travaillé avec un technicien passionné qui aimait son métier et était heureux de me le faire découvrir », explique-t-elle, reconnaissante.

Fier de lui avoir donné sa chance

Toujours est-il qu’au bout des 15 jours, elle faisait tellement l’affaire, qu’elle a été embauchée en contrat à durée indéterminée. Aujourd’hui, Sylvia Baret fait partie de l’équipe. Elle est bien intégrée et elle a envie d’aller plus loin ! « Je suis fier de lui avoir donné sa chance et  j’espère qu’il y aura d’autre Madame Baret ! », conclut le chef d’entreprise.

La formation qui répond aux besoins des entreprises

Les chefs d’entreprise ont des emplois qu’ils ne parviennent pas à pourvoir et il y a des gens au chômage. « Le plan vise à apporter les formations adaptées pour ajuster les compétences aux postes et sortir les gens du chômage », insiste Gérard Cherpion vice-président en charge de la formation à la Région Grand Est. C’est concrètement 25 000 formations supplémentaires et 75M€. 20 000 formations professionnelles sont assurées par Pôle emploi, 5 000 qualifiantes par la région.

1ère région de France pour les résultats

La région Grand Est a dépassé ses objectifs. Le nombre d’inscriptions en stage a doublé en 2016 par rapport à 2015. Ce qui en fait la 1ère région de France en termes de résultats pour ce plan. « L’objectif n’est pas de faire de la formation pour de la formation, mais bien d’apporter aux entreprises les compétences dont elles ont besoin, pour que les chômeurs arrivent à sortir de l’impasse« , insiste Jean-Pierre Cazenave-Lacrouts, préfet des Vosges. Un développement qui prend en compte les nouveaux métiers ou les certifications des pays étrangers.

2491 personnes dans les Vosges

La priorité est donnée aux chômeurs de plus d’un an et aux personnes qui n’ont pas de qualification. Dans les Vosges, il y a 3200 chômeurs, un chiffre en baisse de 3,5%, mais 51% sont des demandeurs d’emploi de longue durée. Avec un taux de chômage supérieur à la moyenne (11,5% au lieu de 10%), les Vosges parient sur l’élévation des compétences pour améliorer la situation de ses chômeurs. 2491 vosgiens demandeurs d’emploi ont pu bénéficier d’une formation.

Après la formation, 63% ont un travail

« Aujourd’hui, 1 recrutement sur 2 se fait par Internet, complète Fabrice Nourdin, directeur territorial de Pôle emploi sur les Vosges, le rôle de Pôle emploi est donc l’accompagnement pour réduire l’écart entre les besoins et les compétences des gens en recherche. Si la compétence recherchée n’existe pas, on agit par la formation, pour que la personne puisse accéder au poste. On organise aussi des rencontres entre les entreprises et les sortants de formation pour multiplier les chances d’embauches ». Le taux de reprise d’un travail après la formation est de 63% et la région Grand Est y croit !

 

Commentez l'article »