Pompierre – La victime donne la version de ce qu’elle a vécu

B.Boulay 19 janvier 2018 0
Pompierre – La victime donne la version de ce qu’elle a vécu

Pascale Renard est encore complètement bouleversée par le désastre qu’elle a vécu il y a 2 jours lors de l’incendie qui a rendu inhabitable sa maison.

Elle a encore des larmes dans la voix quand elle en parle et se dit choquée des informations publiées. « Je ne suis pas une mère chat, explique-t-elle retournée, je ne nourris pas les chats. On est une jeune association créée en 2014 et on travaille avec les communes pour stériliser les chats errants et éviter qu’ils ne se répandent dans les communes sans avoir de propriétaires pour en prendre soin« .

Les pompiers ne voulaient pas nous laisser approcher

Quand le feu prend à la chaudière et se propage très vite à la grange, c’est la panique. « Les clés étaient suspendus dans la grange en feu et les pompiers ne voulaient plus qu’on approche Ils ont dû casser un carreau pour entrer ». Ils craignaient qu’un appel d’air ne propage le feu à toute la maison, sans qu’il n’y ait plus de possibilité de le stopper. Mais Pascale Renard ne peut accepter de laisser les animaux en proie aux flammes.

On a sauvé 15 chats, mais pas ma chienne

« Les animaux ne sont là qu’en transit » précise-t-elle, mais impossible pour elle dévouée à la cause, de ne rien tenter pour les sauver. Envers et contre tout, elle réunit sa soeur et ses neveux pour tenter de sauver les animaux qu’il est encore possible de sortir. Malheureusement, sa chienne est prise dans la fournaise, mais l’équipe téméraire arrive à sauver 15 chats.

Après le feu, l’eau ?

Après le sinistre, elle a la gorge serrée de voir la maison dans cet état. « La maire est venue sur les lieux et a rempli son rôle mais elle n’est même pas venue me saluer et pourtant, on était dans la détresse et on aurait eu besoin de réconfort ! ». Pour l’instant, elle est hébergée dans sa famille pour être moins seule face à ce désastre et elle voit l’eau monter dangereusement !

Plus de souvenirs …

« La maison n’a pas brûlé, poursuit-elle. Ce sont juste les vitres qui ont chauffé et les WC commencaient à brûler ». Elle est située au 38 de la rue du Chevalier de la Barre et non pas au 57 comme on nous l’avait dit. Mais entre l’eau et la suie, la maison n’est pas habitable. « Je venais de perdre ma mère et de ramener des souvenirs à la maison. Je n’ai plus rien, plus aucun souvenir« . Mais elle est encore sous le choc et tout ce qui s’y rapporte est sensible.

http://www.actu88.fr/pompierre-la-chaudiere-senflamme-le-feu-gagne-la-grange/

Commentez l'article »