Rallye France Alsace – Spéciale vosgienne : Mauvais choix pour Loeb, le bon pour Neuville !

B.Boulay 5 octobre 2013 0
Rallye France Alsace – Spéciale vosgienne : Mauvais choix pour Loeb, le bon pour Neuville !

Ce n’est qu’une histoire de pneus, mais à quelques secondes près, ça fait la différence ! Sébastien Loeb a parié sur la pluie, Thierry Neuville a pris le risque de la route sèche et la météo lui a donné raison !  Pour cette 2e étape, Loeb prend la 4e place à 12 secondes derrière Neuville.

Le fait que la spéciale vosgienne soit une épreuve du championnat du monde attire les spectateurs. Beaucoup sont venus tout spécialement comme Serge et Nadine. « C’est vraiment sympa, commentent-ils. La vallée est belle, l’organisation au top. Ils ont installé une belle plateforme. Ils se donnent les moyens d’en faire un bel événement ! Et on a même un rayon de soleil…»

Pour la der des der de Loeb !

Plus près, les spectateurs des régions limitrophes viennent supporter Sébastien Loeb, leur favori pour sa Der des Der !

Le site est immense. On n’a pas une impression de foule. Et pourtant pour un vendredi, le public est au rendez-vous. La gendarmerie marque chaque point d’entrée. L’ambiance est détendue, conviviale. Ici, pas d’excitation. Sur les hauteurs d’Ortomont, la sérénité est de mise. La sécurité veille !  Le public est docile. Il vient passer un bon moment et le soleil daigne montrer son nez.

Conduite sage

Les voitures s’annoncent à coups de ronflements de moteur, mais la courbe ne permet pas le grand spectacle ! La route est sèche. Les voitures ralentissent et prennent l’épingle à cheveu en  toute sûreté. Les gravillons crissent a peine. Il y aura bien sûr quelques dérapages inopinés, mais dans l’ensemble, la conduite est assez sage. L’accélération reprend sur la ligne droite dans les sapins, mais on les perd vite de vue.

Rencontres au sommet

Vers midi, le chalet du Conseil général ne désemplit pas. Barbecue, taboulé, fromage et fruits sont à disposition des intervenants et des VIP, qui se restaurent en appréciant le spectacle. Plus de 400 personnes ont profité de la plateforme. Entre 2 passages, les discussions s’animent au fil des rencontres.

RandoMobile, ils ont marché !

Le grand écran diffuse ses images. Les commentaires sont discrets et parfois difficilement audibles.

Un millier de spectateurs a chargé l’application RandoMobile développée pour aller en toute sécurité d’un point public à un autre, à pied ou en vélo électrique à travers champ et bois.

Neuville en tête

La spéciale vosgienne a dérouté les pronostics. On attendait Sébastien Loeb. S’il a fait 3 nouveaux temps scratch dans la matinée, il s’est fait déloger dans l’après-midi par Thierry Neuville, pour une histoire de pneus ! Le pilote Belge avait pris le risque de choisir des pneus pour route sèche. Son audace a payé. Dans le rythme dès les premiers passages, il n’a rien cédé et a mis 12 secondes dans la vue du grand Ponte Loeb.

Love Loeb

Mais les Vosgiens aiment leur champion. Même si pour cette édition, il n’est pas le grand vainqueur de la Spéciale vosgienne, il  garde l’admiration sans faille de son public.

quant à Sébastien Ogier, sacré champion du monde, il a relâché sa concentration. Contrecoup de son podium, il n’était pas au top et a joué trop défensif.

Classement à la 2e étape

1er : Thierry Neuville (Ford)
2e :  Dani Sordo (Citroën) à 9 »8
3e : Jari-Matti Latvala (VW) à 11 »8
4e : Sébastien Loeb (Citroën) à 12 »2
5e : Sébastien Ogier (VW) à 28″7.

Épopée d’une journaliste : Dure,  dure la sécurité !!!

Difficile de faire son travail sur le Rallye WRC, quand on est un nouveau média de tout juste un an.

Un peu tard

C’est vrai il était bien tard, pour demander mon accréditation. Pensant être sur le Festival de géographie à Saint-Dié, je ne m’en étais pas préoccupée. J’ai donc envoyé les documents nécessaires juste quelques jours avant le rallye, après un dernier changement de programme. Fréquent ce genre de situation quand on est journaliste !

Gérer sur place

Le jour J, pas de nouvelles, mais l’envoi régulier de communiqués me confirme que je suis bien dans le listing presse. Bon, pas de panique, on va s’arranger sur place avec la chargée de relations presse.

Mais sur le terrain, vendredi matin, l’équipe ne sait pas trop comment répondre à ma demande. Anne ma sœur Anne … ne voit rien venir. Pas de chargée de presse, Dominique Serieys, directeur du Rallye, ne semble pas plus dans les parages.

La fameuse chasuble

Et pour pénétrer dans l’antre sacrée de l’autre coté de la bande fluorescente « interdit au public », « II faut une chasuble ». Qu’à cela ne tienne, je vais récupérer une chasuble (gilet fluorescent) !!! Aussitôt dit, aussitôt fait. Avec ma chasuble empruntée, je passe la bande et flashe les voitures qui arrivent.

Mon accréditation ?

Quelques minutes après, je suis abordée par un « matador » de la sécurité en gilet orange, qui veut mon pedigree. Bien sûr, il fait son travail ! … Et les ennuis commencent. J’essaie de lui expliquer que non, je n’ai pas mon accréditation, mais que oui, je l’ai demandée. Je ne savais tout simplement pas qu’il fallait aller à Strasbourg récupérer tout ça … Je l’ai appris ce matin par un collègue.

Carte de presse ?

Ma carte de presse ? Euh, elle est périmée. Puisque je suis « chef d’entreprise », je ne peux plus avoir de carte de presse. La préfecture est au courant, mais on n’a pas trouvé de solution…

Aïe !!!  Inutile de dire que le temps dans l’arène m’est compté et la partie mal engagée. Je flashe à mort pendant qu’il téléphone au directeur, – J’aurais au moins ça !!! – directeur avec qui j’étais jeudi en conférence de presse pour le rallye…-

Pas sur la liste

Evidemment, le verdict tombe. Je ne suis pas sur la liste, je vais devoir sortir. Je traîne un peu et en profite pour capter les hélicoptères avec Dominique Seryes à bord, et flûte, trop tard pour plaider ma cause… Tant pis, ce sera un papier d’ambiance !!!

La sécurité au Rallye c’est sérieux, un peu trop parfois !!!

 

 

 

Commentez l'article »