Saint-Dié-des-Vosges – Les tracteurs sont dans la ville !

B.Boulay 3 février 2016 0
Saint-Dié-des-Vosges – Les tracteurs sont dans la ville !

Ce matin vers 11h, plus de 15 tracteurs entrent dans la ville. Ils viennent du parking du supermarché Leclerc et s’installent pour bloquer la circulation. Cette fois, c’est le groupement des jeunes agriculteurs « B.C.B.G. » (Bruyères, Corcieux, Brouvelieures, Gérardmer) et de La Chapelle (54) qui passe à l’offensive !

Après la grosse mobilisation de vendredi dernier à Épinal, les agriculteurs protestent localement. Leur revendication reste la même : des prix rémunérateurs, juste pour vivre de leur métier. Et ils manifesteront tant que rien ne sera fait. Ils ne veulent plus de promesses, ni de discours mais des prix à la juste mesure de leur travail ! Ils ont surpris tout le monde en agissant aujourd’hui.

David Valence a reçu une délégation

Le Maire, David Valence, accompagné de son directeur de cabinet Patrick Schmitt a quitté précipitamment une importante réunion pour aller au devant des représentants agricoles. Une délégation de  4 représentants, Victorien Lambert , le porte-parole, Hubert Lecomte , Florent Pentecote et Rémy Germain a été reçue. C’est chargé de ses diverses casquettes de représentation, Communauté de communes, Département et Région, que David Valence s’est mis à l’écoute des jeunes agriculteurs.

Un prix qui gratifie les 70h par semaine de travail

Les jeunes exploitants exigent une revalorisation du prix du lait, pour pouvoir payer le coût de production. Pour l’instant, ce sont les transformateurs et les coopératives qui empochent les marges. Les éleveurs sont bien décidés à ce que ça change ! Ils veulent leur part du gâteau, parce qu’ils « font le plus gros du travail » en élevant les bêtes et en assurant la traite et que sans eux, il n’y aurait pas de transformation.

Opération tracteurs en ville

« Il n’y à qu’en France que l’on voit cela », s’insurge le porte-parole, trouvant que les autres pays européens aident et assistent bien mieux les « jeunes exploitants ». David Valence s’engage à rencontrer ses homologues du département et de la région, ainsi que les représentants de l’État spécialistes des questions agricoles pour trouver des solutions durables.

Maintenir la pression sur les grandes surfaces

En attendant des avancées concrètes, les agriculteurs, le sang échauffé, poursuivent leur opération vers Intermarché, Lidl, Cora et Colryut, jusqu’à 17h-18h. Ils maintiendront la pression sur les grandes surfaces ! Les négociations sur les prix se tiennent mi-février…

Commentez l'article »