Saint-Nabord, Hydreo Engineering sort la tête de l’eau

B.Boulay 3 avril 2013 0
Saint-Nabord, Hydreo Engineering sort la tête de l’eau

Après une période difficile, Hydreo Engineering devenu sous traitant d’Andritz sur l’activité turbine, amorce sa remontée. L’entreprise a bon espoir de sortir du redressement avant octobre 2013, mais ce retour à l’équilibre nécessite quand même un plan social revu au minimum. Il sera annoncé lors du comité d’entreprise du 10 avril.

En redressement judiciaire depuis le 30 octobre 2012, Hydreo Engineering avait subi la crise de plein fouet. Les prix négociés au plus bas ne lui permettaient plus d’équilibrer son activité.

Les fournisseurs les sachant en difficulté exigeaient désormais le paiement à la commande, alors que les clients utilisaient le délai légal de règlement. Ce décalage entre une trésorerie inexistante et l’obligation d’avancer le paiement des fournitures pour pouvoir travailler, a mené l’entreprise au dépôt de bilan.

La force des petites séries

Pourtant, cette PME très pointue dans les petites séries et possédant un savoir faire reconnu, intéresse Andritz-Hydro, multinationale autrichienne, 2e leader mondial pour les turbines hydrauliques.

Andritz-Hydro bénéficie de forces commerciales qui lui permettent d’aborder avec aisance un marché international. Hydréo Engineering a le savoir faire, un personnel pointu, et sait être très performant sur des petites turbines de moins de 2500 kWh. Un accord est possible.

14 postes transférés

La filiale Andritz-Hydro achète en janvier l’activité turbines et confie à Hydreo, Engineering, l’usinage et l’assemblage des machines, lui rendant ainsi suffisamment d’oxygène pour faire surface. 14 emplois ont été transférés administrativement d’Hydréo Engineering à Andritz-Hydro, mais pour les salariés, les postes sont conservés sur place. Il reste donc 54 salariés à HydréoEngineering .

L’assise et la garantie d’Andritz

« Pour nous, la priorité est de sauver l’activité et le maximum d’emplois », assure Michaël Boone, président d’Hydréo Engineering. Andritz-hydro nous apporte des marchés que nous n’aurions jamais pu atteindre. La puissance du groupe nous offre une bonne assise et une garantie. Sur ce type de produits qui tournent 40 ans et s’amortissent sur 10 à 15 ans, les clients ne traitent pas avec une PME, car ils craignent qu’elle ait disparu avant la fin de l’amortissement ».

32 turbines pour 2013

Hydréo Engineering travaille sur les turbines « Francis » et « Kaplan » .

La commande prévue pour 2013 est de 32 turbines. En 2014, elle devrait être supérieure. « Sur un CA de 1,250M€ prévu, nous sommes assurés à ce jour d’en avoir 800 000€. Début avril, 68% du prévisionnel est garanti. A nous de suivre la cadence », poursuit le président.

Pour l’instant, les efforts portent sur la maîtrise de l’activité et du budget. « Nous ne voulons pas avoir les yeux plus gros que le ventre », proteste Michaël Boone.

Quelques postes supprimés

Il faudra d’abord passer par une réduction d’effectifs et pour une entreprise, c’est toujours douloureux, mais elle le fait avec la certitude de sauver la majorité des postes.

Actuellement en redressement, l’entreprise ne peut pas travailler à perte, elle est dans l’obligation d’obtenir des suppléments de versements de ces gros clients, qui jouent le jeu et soutienne l’entreprise.

La vantellerie au futur

Hydréo Engineering a la qualité et l’expérience d’un savoir faire testé et reconnu. Andritz-Hydro  lui apporte des commandes et des moyens de refaire surface. « Nous assurons pour l’instant, l’activité turbines », conclut Michaël Boone. Mais rien n’empêche de regarder un peu plus loin. L’entreprise a dans sa manche un projet pour améliorer la conception et production des vannes et des dégrilleurs. Elle poursuivra et développera l’activité vantellerie, quand elle sera bien remise sur pied. Ce qui lui permettrait de ne pas dépendre d’un seul donneur d’ordres, aussi important soit-il.

 

 

Commentez l'article »