SCOT – Les mobilités, un enjeu clé à aborder en « gouvernance » élargie !

B.Boulay 4 juillet 2017 1
SCOT – Les mobilités, un enjeu clé à aborder en « gouvernance » élargie !

Il fallait réviser le SCOT puisque le périmètre change et intègre le communauté de communes de Mirecourt-Dompaire, comptant 154 communes et 136 000 habitants. L’occasion de se pencher en concertation élargie sur l’enjeu que constituent les déplacements.

Et ce d’autant plus que parallèlement s’organise le schéma régional d’aménagement et de développement, pour lequel beaucoup des enjeux sont liés aux mobilités.

Se positionner au sein du Grand Est

« Nous devrons renforcer les mobilités le long de la Moselle en favorisant les déplacements collectifs, les correspondances et l’intermodalité, les services et le co-voiturage, résume Patrick Nardin, vice-président du SCOT . En voyant les flux passer en limite des Vosges, nous avons éprouvé le besoin de travailler ensemble, pour que les Vosges ne soient pas contournées et s’affirment au sein du Grand Est« .

Le défi de l’autonomie énergétique en 2050

« Les mobilités constituent un levier pour relever le défi de l’autonomie énergétique à l’horizon 2050. Il va falloir réduire les émissions et mieux organiser les déplacements pour les diminuer significativement. Pour le moment, la première étape est de bien prendre conscience des enjeux collectifs de la mobilité pour mieux coopérer à l’avenir », poursuit Patrick Nardin.

Se relier au Nord et au Sud

Il s’agit de raccorder efficacement le département au Nord, vers le Sillon lorrain et le Grand Nancy en augmentant la fréquence des dessertes aux heures de pointe et au Sud, vers Lyon, la Suisse et l’Italie. Rendre performante la ligne Épinal-Belfort permettrait des liaisons rapides vers la Gare TGV de Meroux qui a besoin d’être pérennisée. C’est aussi le cas de la LGV Strasbourg-Lyon qui manque de débouchés Sud. L’idée serait d’arriver à un système qui s’articule bien avec les autres départements et de relier les Vosges aux réseaux fluviaux et fret ferrés.

Imaginer des solutions alternatives

Un autre défi sera de relier les pôle urbains structurants aux communes rurales en périphérie, en développant les transports collectifs, mais aussi en innovant par la création de solutions alternatives. Les Vosges ont de forts atouts touristiques pour des routes à thèmes qui pourraient s’inscrire dans des cheminements régionaux et transfrontaliers. Ce qui veut dire développer une offre de services et de loisirs qui manquent encore aux étapes. L’aéroport de Mirecourt peut être un outil de développement des mobilités et du tourisme.

Les gares comme pôle de vie

La mobilité, c’est permettre aux les habitants d’avoir accès aux services du quotidien. Pour ça, il faut optimiser les complémentarités des réseaux de transport en commun pour avoir un bon maillage et bien irriguer le territoire. « On redécouvre les gares et leur fonction pôle de vie. Pourquoi ne pas y développer des espaces de co-working pour y travailler en attendant la correspondance ? « , suggère Christine Guillemy, vice-présidente de la région.

De très haut débit et une centrale d’informations

Ce qui rend indispensable une bonne couverture très haut débit pour utiliser tous les systèmes qui permettent de moins se déplacer (visio-conférence, e-commerce, télémédecine, démarches administratives numériques …) et la centrale d’informations que développe la Région. « Un habitant de Charmes veut aller voir un spectacle tel jour à telle heure à tel endroit … Il a les informations en temps réel. Les gens acceptent d’attendre, mais Il faut qu’ils sachent combien de temps pour pouvoir s’organiser », défend Christine Guillemy.

Un engagement d’y aller ensemble

Bref, encore beaucoup de réflexion et de travail pour optimiser ces déplacements de manière durable, efficace et qui utilisent différemment les espaces temps. Les partenaires ont signé un engagement qui marque cette volonté de travailler ensemble.

 

 

Un commentaire »

  1. DE VAUDICOURT 6 juillet 2017 sur 7 h 57 min - Reply

    BONJOUR,
    Nos énarques et autres suceurs … ne savent pas quoi créer comme entitéS administrativeS, à fin de pomper sur les salaires et retraites qui sont pour la plupart (les retraites) surtout FIGES…et dire que napoléon MACRON, veut mettre la pompe CSG sous pression, qui va encore « raquer »? et je persiste à dire et écrire qu’il faut lui donner sa chance… car s’il rate son mandat, ce sera très très grave car l’ordre noir s’emparera du système ! Je reviens à mes moutons …Quand une nouvelle entité administrative se crée, nous devrions comme disent les libéraux avoir : « un gain de productivité »( gagnant, gagnant !!! ) , c’est le contraire qui se produit, c’est une nouvelle colonne sur votre feuille d’impôts, qui est amorcée pour pomper ! Et après cela, ne vous étonnez pas si les moujiks de base votent

Commentez l'article »