Secteur d’Épinal – Un seul SMUR pour la nuit jusqu’au 30 avril !

B.Boulay 16 février 2018 0
Secteur d’Épinal – Un seul SMUR pour la nuit jusqu’au 30 avril !

Parce que l’hôpital n’arrive pas à trouver des médecins urgentistes, la direction de l’hôpital a décidé de fermer provisoirement jusqu’au 30 avril une ligne SMUR. Le secteur d’Épinal ne dispose plus que d’un seul véhicule SMUR au lieu de 2 pour les urgences vitales la nuit depuis le 1er février !

Mieux vaut ne pas faire un arrêt cardiaque la nuit, si le premier véhicule est en intervention, il n’ y aura personne pour vous secourir … La direction vient de décider depuis le 1er février de « fermer cette ligne Smur » (un véhicule et 2 médecins) plutôt que d’annuler simplement les nuits, où il manque des médecins.

On parle des urgences vitales …

Clovis Hilpipre délégué CFDT du centre hospitalier Émile Durkheim alerte la population. « C’est une situation temporaire, mais incompréhensible par les dangers qu’elle fait courir aux personnes.  On parle d’urgences vitales, de vie et de mort. Il y a d’autres solutions, de l’intérim ou au moins fonctionner quand les nuits sont assurées », proteste-t-il.

Que les internes ne se retrouvent pas seuls

« On a une carence de médecins et on a préféré  fermer la ligne Smur pour sécuriser les internes et faire en sorte qu’ils ne se retrouvent pas tout seuls, , explique Julie Richardot, directrice adjointe du Centre hospitalier. Normalement, il y a un senior qui a de l’expérience avec un interne, mais du fait de la carence de médecins, les internes risquaient de se retrouver seuls. La fermeture est temporaire. Ce n’est pas pour supprimer des postes ».

2 urgentistes arrivent en mai

« Au 1er mai, nous avons 2 praticiens urgentistes qui arrivent. Nous sommes un des rares établissements à avoir réussi à recruter. Et on préfère réouvrir chaque fois que c’est possible plutôt que fermer la ligne parce qu’il n’y a pas de médecin ». Une situation qui n’en reste pas moins délicate.

Alerter la population

En février, il manquait des médecins pour 4 nuits et en mars pour 10 à 15 nuits. « C’est la conséquence des baisses de personnel au SAU (service d’accueil et de traitement des urgences)« , déplore-t-il. Le danger de la situation a été signalé partout en comité technique d’établissement, au conseil de surveillance … Il faut maintenant que la population soit alertée ! » Le secteur de l’agglomération compte 116 000 habitants. La CFDT a adressé un courrier à l’Agence régionale de santé.

Tractage au Rond-point de l’hôpital

La CGT et la CFTC seront vendredi 23 février à 18h au Rond-point pour informer les usagers de la situation. Les parlementaires et l’association des maires ont également reçu un courrier. Le danger vient de la nuit ….

Commentez l'article »