Sécurité – Ils ne veulent pas mourir à cause de vous !

B.Boulay 18 juin 2014 0
Sécurité – Ils ne veulent pas mourir à cause de vous !

Les personnels de la Dir Est travaillent sur des chantiers et malgré la signalisation et les protections, ils ont peur ! Dans le cadre d’une campagne nationale, des contrôles de vitesse étaient mis en place à proximité du chantier d’Oncourt sur la RN 57 pour sensibiliser les automobilistes aux dangers qu’ils font courir à ces agents.

« Ils agissent pour votre sécurité, pensez à la leur !« . Gilets fluos, les personnels de la Dir ‘Est étaient au bord de la route, prêts à interpeller les chauffeurs et à leur demander les yeux dans les yeux de ne pas les mettre en danger. « Il y a une dimension humaine, quand les gens voient les agents en face d’eux. Ce n’est plus une simple injonction ! ». Le chef de Centre de Vesoul est venu en renfort parce qu’il parle allemand.

La peur au ventre

L’après-midi est fructueuse ! Les voitures défilent. Si leur vitesse est moins de 30 km au dessus de la vitesse autorisée, les conducteurs ont le choix entre être sensibilisés par des agents ou payer l’amende correspondant à leur infraction. 2 ont préféré payer ! Et une moto a été prise à 139km/h sur une portion en travaux limitée à 90 km/h. Aux autres, les agents expliquent simplement le danger qu’ils courent et la peur qu’ils ont au ventre !

Un agent tué en novembre 2013

« Les gens sont dans leurs pensées, témoigne un agent. Ils filent et on les gêne ! ». Tous ont en mémoire l’accident qui avait tué un des leurs en novembre 2013. « On place la signalisation et on ferme une portion, mais certains ne veulent rien savoir et forcent l’interdiction. Sur un chantier, on a même dû porter plainte« .

Incivilités

Les agents redoutent les incivilités, l’inattention, l’assoupissement, le non respect des distances de sécurité pour les poids lourds, la vitesse et l’alcoolémie. « On ne sait jamais comment les conducteurs vont réagir !« , témoigne Reynald Belot, chef adjoint au district de Remiremont, qui craint chaque jour la catastrophe. « Par moment, c’est intolérable ! »

« Vous nous mettez en danger ! »

« Interpeller les automobilistes a plus de poids, déclare Faycal Douhane, directeur de cabinet du préfet, Quand vous avez en face de vous, des gens qui vous disent : On est sur la route et vous nous mettez en danger, le message a beaucoup plus d’impact ! On perd l’anonymat ». Il rappelle les 10 blessés et l’agent tué sur les chantiers en 2013 et les 3 morts depuis 2007.

24 fois en péril

24 infractions ont été commises en 1h30. 24 trop grandes vitesses qui ont mis en péril les agents qui travaillent.

Commentez l'article »