Sillon Lorrain – Unis et en réseau face aux enjeux de la réforme territoriale

B.Boulay 9 septembre 2015 0
Sillon Lorrain – Unis et en réseau face aux enjeux de la réforme territoriale

Lundi, le Sillon lorrain entérinait la volonté d’avancer en réseau, de collaborer et le mutualiser son développement pour anticiper les nouveaux enjeux territoriaux et frontaliers. Il a contractualisé dans le cadre du plan État-Région, un volet territorial. L’État s’engage pour 8,5M€ et la Région Lorraine pour 10M€.

La métropole désigne un pôle de concentration des activités et des hommes sur un espace élargi, qui dépasse l’agglomération. La mise en concurrence des territoires qu’induit la métropolisation, pousse les agglomérations à s’organiser en mutualisation et complémentarité, pour se positionner parmi les métropoles qui comptent. Le Pôle métropolitain du Sillon lorrain l’a anticipé. Peut-être parce que les villes du Nord-Est doivent depuis longtemps se battre pour exister et obtenir les moyens de leur développement.

Un pôle frontalier

A la frontière du Luxembourg, de la Belgique, de l’Allemagne, le Pôle Métropolitain Européen de France est bassin de vie, qui regroupe 1,4 millions d’habitants. 4 agglomérations lorraines, Thionville, Metz, Nancy et Épinal réfléchissent et organisent leur développement en synergie autour des enjeux d’aménagements et déplacements, économiques, éducation, enseignement et recherche, culture et tourisme et santé.

Rassembler 40% de la population et peser

« Face à l’installation des directions stratégiques de la grande Région Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne qui pourrait s’appeler région Grand Est, il est très important que nous nous positionnons comme nous l’avons toujours fait par rapport à de tels enjeux qui vont déterminer l’avenir », déclare Michel Heinrich, maire d’Épinal et président du Syndicat Sillon Lorrain. « Le Sillon n’a jamais été aussi utile, complète Dominique Gros, maire de Metz. Qui va pouvoir rassembler et porter l’ambition lorraine en dehors du Sillon Lorrain ? interroge-t-il. Le Sillon Lorrain représente plus d’un quart de la population de la grande région. C’est une force pour avancer ».

Un train d’avance

Dans ce rapport de force qui se crée entre les territoires, le Sillon Lorrain pèse. « C’est une discrète, mais forte révolution territoriale qui se fait, souligne André Rossinot, président du Grand Nancy. C’est aussi un dossier sociétale. Il va falloir faire appel à toutes les forces pour garantir la République. Le Sillon lorrain a un train d’avance. Peut-être même un TGV ? Nous ne devons rien abandonner. Nous sommes un axe routier, ferré et aquatique. Rien n’est jamais durablement gagné. Ça va être compliqué et dans ce combat, la fierté territoriale peut être un atout ou un frein ».

Importance du maillage

Le gouvernement a distribué les directions stratégiques. « Ce qui a été fait est la partie visible de l’iceberg, poursuit Laurent Hénart, maire de Nancy, mais derrière, il y a une multitude de services qui vont être réaménagés. La leçon qu’il faut en tirer, c’est que l’on va s’intéresser de plus en plus à ceux qui sont les plus importants. Il va falloirs rappeler sans cesse l’importance du maillage, de la diversité et de l’équilibre. Le Sillon rappelle tout ça « .

Défendre la position frontalière

L’enfantement de la grande région sera long et douloureux. « L’unité est indispensable, parce que nous devons savoir où nous allons pour pouvoir défendre nos ambitions et nous devons défendre la position frontalière. Il n’y a que nous qui pouvons le faire », complète Anne Grommerch, maire de Thionville. Les élus s’attendent à ce que la transition soit dure et longue, mais ils sont prêts, parce qu’ils le font depuis des années, à travailler sur des perspectives d’avenir et à prendre leur place dans cette grande région. Il faudra compter avec le Sillon lorrain et si Reims et Châlons-en-Champagne se rapprochent, le Sillon fera face sans rougir.

Un contrat d’initiatives métropolitaines

Le Sillon lorrain propose de signer un contrat d’initiatives métropolitaines avec la grande Région. Il réitère sa volonté de voir le siège à Metz et non pas à Strasbourg. Le Sillon lorrain demande une implantation des directions générales en Lorraine pour l’économie et le numérique, l’enseignement supérieur et la recherche, l’éducation, l’aménagement du territoire , le développement local et les infrastructures routières.

Une expérimentation de l’écotaxe

Le Sillon lorrain veut promouvoir un développement durable du pôle métropolitain, construire une offre logistique multimodale autour des ports, développer le Pôle image, les matériaux stratégiques et le renforcement du pôle bois et des pôles de compétitivité.hydréos, fibre-Énergie et Matéralia. Elle revendique également le numérique avec la dynamique LORnTECH et une économie de la santé et du vieillissement. Et bien sûr la fluidité des flux Nord sud. Le Sillon se positionne enfin pour une expérimentation de l’écotaxe.

 

 

Commentez l'article »