Simplon.Co – 24 futurs codeurs en action !

B.Boulay 10 mai 2016 0
Simplon.Co – 24 futurs codeurs en action !

Ils sont 24 plein d’énergie et ils y croient ! Depuis 3 semaines, la première promotion de la nouvelle école numérique Simplon.Co d’Épinal,  est à l’oeuvre.  Ils ont embarqué pour 7 mois de formation accélérée à la programmation numérique, au bout desquels ils sortiront avec un diplôme de Webdéveloppeur de niveau Bac+2, prêts à répondre aux attentes des entreprises.

Pas besoin de diplômes pour intégrer cette formation. Ce qui compte, c’est la motivation et le goût de l’informatique. Les 24 stagiaires viennent en majorité des quartiers sensibles ou zones rurales désertifiées, ils sont chômeurs, mais ils ont la notion de défi chevillée au corps. Certains ne savaient même pas ce qu’étaient ces termes barbares langage CSS, Mysql, php … Ils n’avaient pour la plupart jamais vu une ligne de code ! Mais ils ont compris que Webdéveloppeur est un métier d’avenir.

Chercher la solution

Les 24 stagiaires de cette 1ère promotion ont le goût des casse-tête et la détermination de réussir. Depuis 3 semaines qu’ils ont intégré la formation, ils ont eu des « problèmes » à résoudre en groupe. L’école Simplon.Co casse les codes d’enseignement. « Il s’agit moins de retenir des savoirs que d’aller chercher rapidement la solution au problème posé », explique Steven. « Faire du code toute la journée, ce n’est pas facile ! Je ne pourrai pas », avoue l’un des fondateurs, Frédéric Bardeau. Ils y baigneront pendant 7 mois dont 6 semaines en entreprise.

Une promotion hétérogène

« Nous sommes une promotion très hétérogène, de 18 à 30 ans et plus avec des expériences et des vécus très différents », poursuit une des filles. Certains problèmes informatiques relèvent de la prise de tête, mais ça ne leur fat pas peur. « Une jauge Simplon en règle générale c’est 40 à 50 candidatures, remarque un administrateur. A Épinal, il y a en eu 130. 83 ont été sélectionnés et 24 sont arrivés en finale ».

Des Webdeveloppeurs pour les entreprises locales

Pour les Vosges particulièrement touchées par le chômage des jeunes,  faire miroiter « une formation, une qualification, un diplôme et un accès à l’emploi », est d’un attrait incontestable ! « L’absurdité, résume Frédéric Bardeau, était d’avoir d’un coté des entreprises qui ne parviennent pas à trouver les compétences nécessaires à leur développement et en face des jeunes talents qui ne parviennent pas à décrocher un emploi ». L’école ambitionne de former les Webdéveloppeurs, dont les entreprises ont besoin.

Supers héros des temps modernes

« Les développeurs sont les supers héros des temps modernes », interprète Frédéric Bardeau. » Et c’est la 1ère fois, qu’une école Simplon.Co est portée par une CCI !« , souligne souligne Gérard Claudel, président de la CCI des Vosges.  35% des personnes formées par Simplon.Co se tournent vers la création d’entreprise ou l’auto-entrepreneuriat. Les initiateurs du projet font le pari que cette formation dans un contexte labellisé « LOR’nTECH »  sera un levier pour l’économie locale. « C’est dans la filière du numérique que réside la clé du développement. Et sur les 150 000 postes dans le numérique, 35 000 concernent des développeurs ».

Une transition à réussir

« De belles perspectives » pour Paul Arker, président de la CCI Lorraine, qui y voit la marque d’une communauté entreprenante et un acte de proximité qui s’inscrit dans la durée. « Un défi de la transition à réussir comme celui de la transition énergétique ou territoriale, assure André Rossinot, président du Sillon lorrain. Les territoires ont besoin de travailler ensemble. Je me suis donné du mal pour que le rapprochement entre les agglomération soit porteur de développement et d’unité. Les transition territoriale, énergétique et numérique, c’est le monde en marche et le numérique est une forme de ciment universel« .

Une classe inversée

La formation est gratuite pour les stagiaires. Elle coûte 218 000€, avec une participation de 66 000€ pour la Région, 65 000€ pour le CCI, 35 000€ pour l’État et 52 000€ pour la Communauté d’agglomération d’Épinal. Mais cette école n’est que le noyau d’une dynamique numérique. Les élèves devront eux-mêmes devenir tuteurs de 15 jeunes du plateau de la justice, qui suivront une formation de 6 mois en ligne dans le cadre d’une « classe inversée ».

 

 

 

 

Commentez l'article »