Supermouche, 10 ans de production vosgienne !

B.Boulay 14 décembre 2012 0
Supermouche, 10 ans de production vosgienne !

 

Entreprise vosgienne, Supermouche a consolidé sa place dans un business show essentiellement parisien. Elle  s’est construite une réputation nationale et produit aujourd’hui pour 40 diffuseurs télé dont 14 nationaux. Ancrée dans l’espace local, elle tire le pôle image vers la concrétisation.

 

En 10 ans, Supermouche revendique 120 programmes 7200 minutes de spectacles filmés, clips musicaux, concerts et courts-métrages documentaires.  La production travaille avec 180 intermittents du spectacle et affiche 8300h de travail par an. Un palmarès dont elle est fière ! « Mais même au bout de 10 ans, tout reste fragile. L’enjeu est encore de pérenniser la production et de développer des projets de plus en plus ambitieux », assure Emmanuel Georges, un des deux chefs d’orchestre de la production.

Le TGV change la donne

95% de production française étant parisienne, Super mouche a dû lutter contre cette hégémonie. Pas facile de se faire entendre quand on vient de la Province ! « On a mis plusieurs années à être reconnus, reconnaît Emmanuel Georges. Heureusement,  des structures comme Vosges télévision nous ont soutenus. Il y a eu des années compliquées pour tout mettre en place ». L’arrivée du TGV a changé la donne. Aller à Paris chaque semaine n’est plus un problème insurmontable !

La production se structure

« En 10 ans, la production s’est structurée. Avant, il n’y avait rien. Aujourd’hui, il y a Daroo, qui produit du flux, Xilopix qui innove complètement au niveau de la recherche d’images, un Pôle image qui se construit et agit comme un levier. Il faut qu’on devienne incontournable comme pour le festival documentaire à La Rochelle ».

Bien sûr, ça ne va jamais assez vite, quand on piaffe et que les idées fourmillent. « C’est le phénomène d’Indigène tourné dans les Vosges en 2006,  qui a débloqué plein de choses. Les gens ont vu qu’il y avait sur place des structures d’accueil performantes et des techniciens pointus ».

Un rayonnement international

Tout n’a pas été rose. Supermouche a expérimenté à ses dépens les retors d’un producteur qui les a « arnaqués ». Ils ont connu les procédures juridiques, mais ils ont surmonté l’obstacle. Aujourd’hui, la production a un rayonnement international. Se développer est un risque permanent, parce qu’il faut travailler avec du personnel et toujours courir après les financements. Rien n’est jamais acquis.

Aller au charbon pour trouver des financements

« Il faut sans cesse repartir au charbon, pour séduire et avoir des budgets suffisants. Là encore, en province, on arrive à faire avec des budgets low cost. Mais c’est aussi un piège car les diffuseurs tirent les prix puisque vous suivez. »

Décrocher des projets, ce n’est pas décrocher la lune mais presque. « Nous devons toujours être dans la recherche et inventifs. On s’adapte aux techniques, aux sujets en vogue. Nous sommes une petite structure et c’est notre force. Nous sommes plus adaptables ».

Low cost et gagnant !

Ca demande du temps pour prendre du recul, pour pouvoir se poser et organiser les idées en gestation, les orienter, les structurer. « L’idéal serait d’avoir une année d’avance. », avoue Emmanuel Georges, qui rêve de produire un jour de la fiction.

Mais à la maison romaine, Supermouche dispose de 200m2. Inimaginable à Paris !  Les prix ont un rapport de 1 à 6. C’est tout gagnant ! Moins cher, pas de transport, moins d’énervement et autant de qualité. « Nous pouvons nous appuyer sur des télévisions locales. Vosges télévision est le plus gros producteur de documentaires et on ne le sait pas ! Les mentalités sont en train de changer. Et dans une petite ville, quand on a un problème, on passe deux coups de fil et c’est réglé. »

Bientôt l’Opéra

Pour l’émulation, c’est moins diversifié qu’à Paris, mais ça peut-être stimulant car l’impulsion, il faut la provoquer !

Au programme 2013, de grands concerts, des événements et 3 courts métrages, dont un sur le poids des traditions au Burkina Faso.

Une nouveauté pour 2013-2014, l’opéra ! Et encore plus près de nous, une projection d’Histoire belge, le 10 janvier prochain aux Cinés Palace à 20h.

 

http : //www.supermouche.fr

Commentez l'article »