Thaon-les-Vosges – 1er forum des métiers d’art, objectif atteint !

B.Boulay 12 avril 2013 0
Thaon-les-Vosges – 1er forum des métiers d’art, objectif atteint !

Le forum a suscité l’intérêt. Les classes y ont trouvé matière à creuser. Admiratif, presque fasciné, le public a observé les gestes et écouté les exposants parler métier avec passion.  Pas sûr que la relève se prépare, mais les métiers d’art subjuguent !

A l’entrée, les petites mains s’activent. La broderie du Lycée Lapie de Lunéville s’esquisse à petits points. A coté, Christine Didier de CRY’S’TYL de Saulxures-sur-Moselotte, s’escrime à coudre un plastron de perles pour une robe inspirée de la publicité « Dior, j’adore ». Elle réalise cette robe pour un mariage gitan qui aura lieu à Saint-Dié.

Robe de parade pour un mariage gitan

Le bustier perlé fera 7 kg fini. La future mariée le veut miroitant et étincelant. Le bas est constitué de broderie, qui dépasse d’une jupe de voiles superposés « pour danser« . « C’est 150h sur ordinateur », explique Christine Didier. Elle poursuit en expliquant qu’elle a appris la rapidité et la précision au millimètre près chez Bragard, puis elle a travaillé pour Geneviève de Fontenay et a maintenant des commandes parisiennes pour des œuvres originales.

Toujours dans le pôle mode, Yasmina Benessalah-Drevet fabrique son feutre à partir de laine animale. Essentiellement du mouton mérinos qui vient de Nouvelle Zélande ou Australie. « On n’en trouve pas en France », précise Yasmina Benessalah-Drevet.

Feutre oublié

Elle travaille la laine protégée par une moustiquaire avec du savon en pain et de l’eau. « Je fais des frictions, en mouvements circulaires, pour faire pénétrer l’eau dans la fibre et la gonfler ». Puis elle la roule dans une natte et fait un mouvement de va et vient. Elle va alors la travailler avec de l’eau de plus en plus chaude et la laine va feutrer. Elle joue alors des matières naturelles pour obtenir des reliefs, des mouvements et faire ses créations. « Je veux faire découvrir cet autre textile oublié ».

Ronde des arts et des formations

L’esthétique, la coiffure sont plus connues, l’onglerie un peu moins. Pinceau en main, les manucures travaillent de petits dessins fins sur les ongles, après les avoir soignés et vernis.

Neufchâteau et ses formations bois étaient en plein ouvrage de sculpture et marqueterie. Ils étaient fiers de représenter leur lycée et leurs spécialités. Juste à coté, des jeunes de Mirecourt s’appliquent à polir une base de violon.

Florence Cannavacciuolo peut parler à l’infini de l’art dans la thérapie. Avec Véronique Fulchin qui fait du feutrage sur laine, elles associent leurs techniques et leurs prestations. et interviennent dans les écoles

Enfin, un peu en retrait, Romain Pfünd réalise un portrait par aérographe et c’est époustouflant de précision !

La foi de l’artisan d’art

Charles Kramer, président du Rotary Club et Gérard Michel, proviseur du Lycée Emile Gallé, s’estiment satisfaits de l’opération. Les exposants étaient venus présenter leur art . ils y ont mis du cœur. Patients, ils reprennent dix fois, vingt fois, cent fois, le même geste,  expliquent x fois la façon dont ils procèdent. Une leçon de minutie, d’enthousiasme, de conviction et de foi en ce qu’ils créent et … pour le public, le bonheur des yeux…

Commentez l'article »