Tir de loup – Pour ou contre 4 tirs de plus ? Consultation publique jusqu’au 21 février

B.Boulay 13 février 2017 2
Tir de loup – Pour ou contre 4 tirs de plus ? Consultation publique jusqu’au 21 février

Donnez votre avis sur les 2 projets d’arrêtés ministériels prévoyant le tir de 4 nouveaux loups jusqu’en juillet 2017. Le tir de 36 loups a déjà été autorisé, 33 ont été abattus.

Pour donner votre avis, c’est =>> ICI, en bas de la page, dans « votre message ».

Donnez votre avis !

L’État français doit savoir ce pensent les citoyens, s’ils sont favorables aux loups et hostiles aux abattages ou pas.

Les arguments de l’Association Ferus pro-loup

  • Le nombre de loups en France a baissé depuis 2014. Ces tirs mettent encore plus en péril la population de cette espèce protégée. Avec ces 4 loups supplémentaires, ce sont 40 loups en tout qui peuvent être tués sur une petite population estimée à 292 individus en 2015-2016 (chiffres ONCFS).
  • 33 loups ont déjà été abattus et au moins 5 autres sont morts suite à des collisions routières / ferroviaires. Sans compter le braconnage.
  • Le loup peine à s’installer hors des Alpes alors que les habitats favorables pour cette espèce sont nombreux en France.
  • Les tirs ne sont pas une solution sur le long terme, seuls les moyens de protection permettent une cohabitation durable.
  • Ces tirs sont un mauvais signal envoyé aux éleveurs, qui les désincite à mettre en œuvre une protection efficace de leurs troupeaux en leur proposant cette « solution » radicale, qui ne fait baisser la pression de prédation qu’à très court terme.
  • Les tirs sont inefficaces voire même contre-productifs. Plusieurs études internationales l’ont souligné.
  • L’État français continue d’ignorer l’avis des Français malgré une manifestation de 5000 personnes à Lyon en 2016, une pétition de plus de 110 000 signataires, les précédentes consultations largement défavorables aux tirs de loups et des sondages contre la chasse aux loups.
  • Vu la population de loups en baisse et les tirs qui ne sont plus utilisés en dernier recours, l’État français est hors la loi au regard des lois européennes.

En face, il y a les éleveurs à bout !

Face à l’augmentation incessante des attaques de loups sur les troupeaux en estive et autour des fermes, les éleveurs et bergers sont à bout. Malgré les annonces de « prélèvements » et de financements de mesures de protection, la situation ne fait qu’empirer ! Dans lezs Vosges, les élevages de la Plaine sont particulièrement et régulièrement touchés.

Que le sujet soit à l’ordre du jour

Chaque année, plus d’éleveurs sont victimes d’attaques, plus de brebis tuées, et plus de départements touchés. La Confédération paysanne des Vosges, ainsi que d’autres Confédérations paysannes départementales, a donc envoyé le courrier joint aux six parlementaires vosgiens pour que ce sujet soit mis à l’ordre du jour de leur assemblée.

Ils ne veulent pas enfermer leurs troupeaux

La situation actuelle pousse de plus en plus d’éleveuse(r)s à maintenir leurs troupeaux enfermés. Est-ce l’élevage que veulent nos responsables politiques ? Disparition des brebis dans les montagnes et dans les prés, élevages hors-sol, agriculture encore plus industrialisée… La Confédération paysanne refuse de s’y résigner. « Ce n’est pas le métier que nous avons choisi ! Nous serons donc mobilisés jusqu’à ce qu’une politique de gestion cohérente de la population de loups soit mise en place, une politique qui assure l’avenir de nos élevages paysans ! »



2 commentaires »

  1. FAUTERRE 13 février 2017 sur 18 h 41 min - Reply

    Je suis contre le tir du loup

  2. lucien 13 février 2017 sur 19 h 24 min - Reply

    Merci pour l’info

Commentez l'article »