Tourisme – Y-a-t-il une vie après le ski ?

B.Boulay 7 février 2014 0
Tourisme – Y-a-t-il une vie après le ski ?

Les Vosges étaient au centre d’une table ronde avec l’association des journalistes de tourisme en découverte sur le département du 30 janvier au 2 février. Quelle perception en ont des personnes extérieures ? Que faut-il mettre en avant pour en faire une destination attractive ?

« Quand on parle des Vosges, on les situe quelque part à l’Est, observe Damien Parmentier, directeur adjoint des services du Conseil général.

Pas sexy et mal connues

« Le département n’a pas une image très sexy, ni très attractive. Tout le monde connaît la ligne bleue des Vosges, qui trace l’horizon au dessus des sapins et c’est une très belle image. Mais personne ne sait que les Vosges sont densément peuplées. C’est le massif le plus peuplé d’Europe avec 88 habitants/km2 alors que la moyenne est de 17 habitants/km2. Les Vosges ont un développement économique très fort avec une industrie textile qui fut très pointue et dont l’eau était le moteur».

La carte postale, c’est l’hiver

Il évoque le chalet à la montagne à la mode dans les années 1870- 1880 pour respirer le bon air, les premiers championnats du monde de ski du coté alsacien de la Schlucht et le grand boum du ski à partir des années 30.  Aujourd’hui, les stations sont au top avec 26 domaines skiables parfaitement équipés et représentent le temps fort du tourisme vosgien.« La carte postale des Vosges, c’est l’hiver !», conclut Damien Parmentier.

Pas d’identité forte

« Quand on pense aux Vosges, on voit de grands espaces, l’air pur, les balades, avance Sophie Javaux, chef de rubrique tourisme. Mais y a-t-il un tourisme de luxe  ?», interroge-t-elle. La réponse est oui, mais cette image-là ne perce pas.« Quand j’ai demandé ce qui caractérisait les Vosgiens ? Je n’ai pas eu de réponse et quand j’ai cherché à connaître le plat mythique, on m’a vaguement parlé de brimbelles. Il vous manque une forte identité, surtout que vous êtes entourés de pays qui en ont ».  La patate chaude est lancée.

Diversité

« Bourrus mais sincères !», tente Damien Parmentier. Le slogan n’est pas très fun ! « Nous sommes des montagnards ! rétorque Elisabeth Raggazzoli des Jardins de Sophie. Il y a une pudeur à dire les choses. On est fier, mais on ne le dit pas. Plutôt pauvre que valet, dit le dicton. Si ce n’est pas de la fierté ! ». Bref, un massif qui parie sur l’authenticité. Protestation générale. L’authenticité déclinée à toutes les sauces perd sa substantifique moelle. « Pas de chance, le massif vosgien réunit 7 départements et 3 régions ! Il n’y a pas une identité, mais une diversité ! ». Mais la diversité est terrible à vendre !

Montagne à taille humaine

« C’est une montagne à taille humaine, suggère Philippe Poirot, directeur de l’Office de tourisme de La Bresse. Une montagne où l’on peut s’aventurer sans se faire trop mal. Il y a du monde de chaque coté et on ne se perd pas. Il y a une variété de paysages et d’activités et de la proximité ».

En avance pour le tourisme d’été

Il n’y a pas que le ski ! « La clientèle est plus jeune et vient passer plus de nuits », souligne Jean-Marie Rémy du groupe Labellemontagne. La clientèle parisienne revient aussi dans les Vosges, parce que c’est bien équipé et moins cher que les autres massifs. « Ici, on a des villages qui vivent toute l’année. On est également en avance sur le tourisme d’été. Nous avons déjà les visites de magasins d’usines, les soins aux thermes, les balades en raquette, le giropode ou le vol libre. Mais cette richesse de l’offre rend difficile la clarification de l’image ».

Familles et séminaires

Est-ce que le tourisme familial n’exclut pas les reste ?

Les Vosges attirent aussi les séminaires qui alternent travail le matin, et activité, soins bien-être et un bon repas. « On a une position géographique centrale, la forêt, la diversité de l’offre.  Il faut la défendre ! », affirme Christophe Lerouge,  chef de projet de la destination massif des Vosges.

Une communication du massif ?

Peut-être n’a-t-on pas mis les moyens de communication nécessaires pour promouvoir les Vosges ? Chacun fait encore sa petit pub avec ses petits moyens. Peut-être est-il temps de penser la communication sur le massif vosgien …

A réfléchir !

 

Commentez l'article »