Val d’Ajol – Une taxe d’enlèvement des ordures ménagères qui ne passe pas !

B.Boulay 16 novembre 2017 0
Val d’Ajol – Une taxe d’enlèvement des ordures ménagères qui ne passe pas !

Avec un taux de 10,40, la taxe fait un bond inacceptable pour beaucoup d’habitants. Même si Benoît Jourdain, président du Sicovad, assure que collectivement, elle a baissé, les gens voient surtout que pour eux, elle a considérablement augmenté, et ça ne passe pas !

Une habitante explique que sa taxe (TEOM) est passée de 32€ à 250€/an. Elle a juste été multiplié par 8. Effectivement la pilule passe mal … Le maire, Jean Richard avait invité le Sicovad à expliquer cette hausse.

La taxe est fonction de la surface d’habitation

Au Val d’Ajol, en milieu rural, beaucoup de personnes vivent seules dans une grande maison familiale. Comme la taxe est calculée en fonction de la surface de l’habitation, elles doivent payer une somme importante alors qu’elles ont peu d’ordures. C’est vécu comme une terrible injustice, d’autant plus que d’autres communes comme Remiremont, ont un taux plus bas de 8,87 !

C’est un impôt !

L’assemblée est venue massivement demander des comptes à Benoît Jourdain, président du Sicovad et elle n’entend pas se laisser embobiner ! « Ce n’est pas moi qui ai décidé de votre adhésion au Sicovad et ce n’est pas moi qui fais les lois. Je me contente d’appliquer le mode de calcul, se défend-il. C’est un impôt, un principe solidaire et vous le payez, même si vous n’utilisez pas tous les services.« 

Un des départements les moins chers

Le Sicovad compte 113 commune pour 160 000 habitants et nous exerçons en régie avec 140 agents. « Nous sommes un des rares départements à avoir une telle optimisation et nous sommes dans les départements les moins chers avec 88€/hab pour une moyenne nationale de 181€/hab ».  Huées des habitants qui ne sont pas prêts à entendre ce discours généraliste.

La redevance pour 160 000 hab, ce n’est pas gérable !

« Il n’y a que 2 moyens de payer le traitement des ordures ménagères, parce que c’est réglementé, explique-t-il, soit la Taxe et c’est ce que nous utilisons, soit la redevance, mais avec 160 000 habitants, ce dernier mode est ingérable et je m’y refuse. Il faudrait peser chaque poubelle particulière et ce n’est pas possible, surtout dans les logements collectifs avec des bacs collectifs ».

Baisse du taux à 9,93 en 2018

« Vous ne voulez pas envisager un autre système, accusent les habitants, mécontents, pourtant, ça marche très bien en Haute-Saône et les gens ont vu leur facture baisser« . »Collectivement, vous payez moins cher en 2017 qu’en 2016″, insiste le président du Sicovad. Sur 20 communes qui nous ont rejoint au 1er janvier 2016, une seule pose problème », rétorque Benoît Jourdain, qui annonce pour mars 2018, un ramassage au porte à porte au centre ville et un taux qui va passer à 9,93.

Les bacs débordent …

Mais pour l’instant, ils sont nombreux à payer beaucoup plus pour un service qui n’est pas calé. « Les bacs débordent et la ville est obligée de nettoyer », déplore le maire. Le ramassage se fait pourtant à la même fréquence. Il semblerait que les habitants des communes voisines qui sont à la taxe incitative, viennent remplir les containers de leurs voisins pour ne pas payer plus. « Ça marche tellement bien en Haute-Saône, que l’incitation pousse aux comportements incivils », ironise Benoît Jourdain.

Pas d’informations

« Je suis propriétaire bailleur et j’ai découvert cette nouvelle taxe. Comme nous n’avions pas eu d’informations, j’ai dû en chercher sur Internet, puis j’ai dû l’expliquer moi-même aux locataires et enfin, c’est encore moi qui doit le prélever sur le loyer en cas d’impayés« , témoigne-t-il. « Je peux venir faire une information, mais c’est la commune qui doit la demander », justifie Benoît Jourdain. Les professionnels qui n’utilisent pas les services, peuvent être exonérés de taxe, mais il fallait en déposer la demande avant le 15 octobre et ce n’est pas rétroactif.

Les habitants réclament l’équité

« Nous, on est scandalisé ! On veut une équité pour tous les habitants. Une femme seule qui paie 900€, c’est injustifié ! »  » Vous dites qu’on est de bons trieurs, mais plus on trie, plus on paie ! Un jour on ne triera plus du tout ». L’hostilité gronde. Le ton s’échauffe, l’ironie cingle. « Ne soyez pas méprisant avec la population Monsieur Jourdain !« . Les habitants demandent juste « que les gens paient au juste prix en fonction du volume des poubelles produit ».

Commentez l'article »