Vincey – Remontée dans le temps …

B.Boulay 27 juillet 2017 0
Vincey – Remontée dans le temps …

Cet après-midi, une quinzaine de personnes a suivi le guide François Pirès de Moura pour une visite de Vincey haut, organisée par l’Office de tourisme de Charmes. Une plongée dans le temps jusqu’en l’an 708 … qui a étonné locaux et touristes.

De la mairie lieu du rendez-vous, le groupe se dirige vers la côte de Vincey où se trouve l’église Saint-Étienne construite en 1730-1734, avec des fonds qui proviennent de la vente de terrains laissés à l’abandon par le duc de Lorraine François III. On peut y découvrir un confessionnal orné du XVIIIe siècle haut de 5 m et 2 statues d’autel classées, dont une représente Saint-Nicolas et date de cette même époque.

Premières traces en 708

On retrouve trace de la localité assez loin dans les archives puisqu’on peut remonter jusqu’en l’an 708, première date où il est fait état  d’une transaction de terres entre le Comte Local Vulfoadus et l’évêque de Metz, Sigisbald. L’évêque messin les reçoit en échange de ses terres du diocèse de Verdun.

Le 1er village

Il faut attendre l’an mil, pour que “Vincei”  (en latin, vinciacus est une terre fertile) s’organise  en village, avec une vingtaine d’habitation construite autour de l’église. Cette paroisse dépend des chanoinesses d’Épinal, un ordre religieux très puissant à l’époque.

Perchés pour éviter les inondations

L’ancien lit de la Moselle coulait alors à l’emplacement de l’actuelle mairie et c’est en partie pour éviter d’avoir les pieds dans l’eau, que les habitants de l’époque se sont installés sur la colline. En 1780, la principale activité du village est la dentelle, mais on y travaillait aussi l’osier.

Le chou à choucroute

Et on y cultivait le fameux chou à choucroute, qui deviendra rapidement son emblème.Pour l’anecdote, on donne parfois le nom de « pieds de choux » aux habitants de Vincey et le blason actuel de la commune est orné d’un chou à choucroute.

Les exécutions comme spectacle

Autrefois à la fin du XIXe siècle, au lieu-dit “ la justice”  était édifié un lieu d’exécution.  Les gens s’y rassemblaient pour assister aux exécutions. Il reste encore un espace sans arbre pour matérialiser cet endroit.

Loïc Dun

 

 

 

 

Commentez l'article »