Voeux – 1er show commun des 3 chambres consulaires

B.Boulay 14 janvier 2018 0
Voeux – 1er show commun des 3 chambres consulaires

Ces voeux 2018 étaient le lancement officiel de la collaboration des 3 chambres consulaires des Vosges, commerce, métiers et agriculture. Une mutation qui s’impose face aux enjeux d’accompagnement des entreprises et à la diminution des budgets.

Les 3 chambres annoncent d’ailleurs 2 événements communs, la nuit de l’orientation en février qui intègrera cette année les métiers de l’agriculture et un festival des métiers en mars au Centre des congrès qui pourraient évoluer par la suite vers un seul événement sur plusieurs jours.

Aller vers des performances de développement durable

Pour l’agriculture en souffrance depuis plusieurs années, le challenge 2018 sera d’obtenir des conditions qui permettent de « se sentir heureux au travail » et d’aller vers les performances de développement durable exigées. La volonté d’interdire le glyphosate a secoué le monde agricole, qui a obtenu des délais mais doit s’y conformer. « Certains produits sont nécessaires pour lutter contre les maladies et garantir une production alimentaire« , insiste Jérôme Mathieu, président de la chambre d’agriculture.

 Pas que le bio !

« Et si l’agriculture bio progresse, poursuit-il, il n’y a pas qu’un seul modèle valable, mais des modèles d’exploitation complémentaires. » L’occasion également pour Jérôme Mathieu de pousser un coup de gueule  : « Toutes ces mutations se font grâce aux équipes et il leur faut de la motivation pour s’adapter quand c’est toutes les semaines que les réformes changent la donne ! »

Que l’État ne demande pas d’efforts supplémentaires !

Gérard Claudel président de la CCI veut croire à l’embellie économique.  « Les indicateurs sont encourageants. L’éclaircie est faible, mais semble solide et durable, se réjouit-il. Mais stop, que l’État ne nous demande pas d’efforts supplémentaires pour 2018 ! Nous avons été trop mis à contribution. Si c’est normal de participer à l’épuration de la dette, nous atteignons des seuils critiques pour nos structures ». Un projet de Maison de montagne, de fonds pour les starts-ups et d’immobilier d’entreprises sont dans les cartons.

L’apprentissage a besoin de convaincre

Le chômage a baissé. « Même si 10%, c’est encore trop, il y a un frémissement de reprise à conforter, observe Pierre Ory, préfet. Face aux difficultés des entreprises pour recruter, il rappelle les 15 milliards d’€, qui vont être mis sur 5 ans pour ajuster la formation aux besoins. Quant à l’apprentissage … « Ça reste un mystère, poursuit-il.  Tout le monde s’accorde à reconnaître que c’est une clé de réussite, c’est une formule plesbiscitée par les entreprises, mais ça n’est pas reconnu par le système ! On a encore besoin de convaincre ! »

Faire mieux qu’hier !

« Le département est une terre de Savoir faire historiques. Il peut s’appuyer sur une identité industrielle forte et il pourra compter sur moi pour appuyer ses projets de développement. Compte-t-il un loup ou des loups ? Je vais me forger mon opinion mais j’ai bien conscience que c’est un sujet anxiogène. Je constate que vous êtes ouverts à une mutualisation, il va falloir faire en sorte que cette collaboration permette de réussir mieux qu’hier ! » conclut le préfet.

 

 

Commentez l'article »