Deyvillers – Classe menacée, les communes concernées s’associent pour trouver une solution

B.Boulay 7 janvier 2018 0
Deyvillers – Classe menacée, les communes concernées s’associent pour trouver une solution

La commune poursuit ses réalisations. L’enjeu de cette année 2018 se concentre sur la menace de fermeture de classe. 3 communes sont dans ce cas et vont travailler ensemble pour trouver des réponses.

Alors que la communauté d’agglomération se stabilise à 78 communes et 116 000 habitants dont 51 de plus de 1000 habitants, Françoise Fleury, maire, tient à rappeler ce qu’elle apporte à la commune en termes de services, d’équipements et de fonds de concours : 22h d’assistance de maîtrise d’oeuvre sur 7 dossiers complexes, 30K€ pour rendre accessible la mairie et une subvention pour l’achat de vélos à assistance électrique pour 8 habitants, sans oublier les pass communautaires dont la commune profite plus qu’Épinal en ratio nombre de pass/nombre d’habitants.

Trouver ensemble une solution

Mais c’est aussi l’habitude de travailler ensemble sur des dossiers. La mobilisation va porter sur les écoles. Deyvillers comme Aydoilles et Fontenay risque de perdre une classe du fait de la baisse du nombre d’élèves. Les 3 communes ont décidé d’affronter le problème ensemble, pour réfléchir à des solutions communes.

Pas de concurrence entre les communes

« La CAE est là pour construire une politique de développement économique, précise Michel Heinrich, maire d’Épinal et président de la communauté d’agglo d’Épinal (CAE). Nous sommes la 8e ou 9e communauté du Grand Est, ce n’est pas rien. La taille de l’agglomération fait disparaître toute concurrence entre les communes car les entreprises qui arrivent se positionnent là où c’est le plus intéressant pour elles ». Il rappelle les projets en cours,  le four de thermochauffage à Hadol et l’éco parc bois autour d’une scierie de grande dimension à Chavelot avec l’espoir suscité par le développement de la chimie verte. « Un parc qui pourra à termes atteindre 70 ha ».

Un Pôle Bois, un enjeu fort

« Il y a une grosse partie à jouer également avec la Green vallée, Norske skog et le sillon lorrain ». Ce Pôle Bois pourrait s’inscrire dans une toute autre dimension en 2018 avec l’appel à projets « Territoire Innovant de Grande Ambition » (TIGA) auquel la communauté d’agglo a répondu aux côtés de la Métropole du Grand Nancy sur la thématique « Des Hommes et des Arbres / Les racines de demain ». Le dossier fait partie des 20 sélectionnés sur la centaine de candidats. Les 10 lauréats retenus pourront accéder à une enveloppe de cofinancement de 450 M€.

Des agents qui font un travail remarquable

Françoise Fleury reprend un édito de 1983 toujours d’actualité, « Chaque année apporte son lot de réalisations, on peut toujours trouver des choses qui ne fonctionnent pas assez bien mais le gris amène le noir ». La commune va essayer de dire plus ce qu’elle fait. La maire commence par souligner le travail remarquable des agents municipaux qui n’est pas toujours reconnu. Cette année, l’assainissement constituera un gros chantier. Une étude doit déterminer si les effluents doivent aller vers une nouvelle station à Golbey ou vers la station d’épuration d’Épinal.Et la salle polyvalente reverra son installation chauffage.

Une communication plus importante

Dans une ère où la communication est surtout virtuelle, par internet et réseaux sociaux « avec une orthographe qui doit faire se retourner Bled dans sa tombe !« , elle suggère aux habitants de plus exprimer sur ce qu’ils attendent et de rétablir ce lien pour aider la mairie dans sa mission. René Creuzat a quitté le conseil municipal, mais tous les élus ont salué le travail accompli. « C’était un maire très impliqué qui avait une vision assez large », témoigne Michel Heinrich. « Il a fait de Deyvillers ce que la commune est aujourd’hui », assure Françoise Fleury.

 

 

 

 

Commentez l'article »