Voeux BTP – Que les élus ne se contentent pas de mesurettes !

B.Boulay 18 janvier 2017 0
Voeux BTP – Que les élus ne se contentent pas de mesurettes !

Pour ces voeux, Benoît Vanstavel, directeur des relations institutionnelles, était chargé d’énoncer les souhaits de la FFB, pour que l’économie puisse repartir avec les entreprises du BTP. Au programme, simplification administrative, logement, transition numérique… et pas que des mesurettes !

2017 étant une année électorale, la Fédération française du bâtiment énonce clairement ce lundi de voeux, ce qu’elle attend des nouveaux élus ! L’économie reprend. « Que la reprise dans notre secteur ne soit pas mise à mal par l’incertitude des périodes électorales », espère Sylvie Tuaillon, présidente FBTP88. « Que les élus prennent les choses en main et ne se contentent pas de mesurettes », insiste Benoît Vanstavel, offensif.

Premier mot clé : simplification

Les entrepreneurs veulent une simplification « drastique » des obligations réglementaires pour le droit du travail. « Qu’on nous lâche la grappe ! s’emporte-t-il. La fiche pénibilité a disparu, mais le dispositif reste. Qu’on l’abroge ! On ne sait pas l’appliquer. Ça devra être la priorité des candidats« .

2e combat, lutter contre l’ubérisation

Le BTP demande un renforcement des contrôles pour lutter contre « l’ubérisation » de l’économie française, induite par le régime de l’auto-entrepreneur et le détachement de salariés, qui n’ont pas les mêmes charges. « Ou on va aboutir à un système à 2 vitesse, tirée vers le bas vers une économie de faible valorisation, celle du modèle low-cost », prévient Benoît Vanstavel. La carte BTP devrait se mettre en place dans les semaines à venir.

Laisser ce qui fonctionne bien !

« Le PTZ (prêt à taux zéro),  le CITE (crédit d’impôts pour la transition énergétique), la TVA à taux réduit, le dispositif locatif Pinel marchent bien, gardons-les, même si ce sont les autres qui les ont mis en place ! ».

S’attaquer à la fracture territoriale

La FFB pointe la différence entre les métropoles qui ont les moyens d’investir et concentrent les projets de construction importants et les territoires ruraux qui peinent à financer leurs projets. « Adaptons les aides aux territoires, créons une sorte d’ANRU rural « , poursuit le porte-parole de la fédération.

Un soutien aux bailleurs particuliers

Les bailleurs particuliers sont injustement traités comme des rentiers alors qu’ils sont « des producteurs de services de logement ». La fédération milite également pour « un soutien sans faille » à l’accession à la propriété.

Baisse des taux d’imposition

La FFB prône une refondation de la politique du logement en France, « avec la baisse des taux d’imposition et une révision générale de la fiscalité afin d’éviter une distorsion avec les autres formes de placement financier ».

Le BIM pour tous !

Le BIM ( modélisation numérique 3D des données pour la conception, planification et la construction), ne doit pas être réservée aux grands groupe qui ont les moyens d’avoir des services qui maitrisent ces techniques. Les très petites entreprises doivent pouvoir y avoir accès et que le BIM devienne l’outil d’une filière d’excellence pour la France. « Cet engagement est décisif pour que le bâtiment français conserve son avance au niveau international. La France est, et doit rester, un pays de bâtisseurs  et que le bâtiment contribue à la reprise de l’économie».

Commentez l'article »