Agriculteurs en colère – Non aux soldes sur les produits laitiers !

B.Boulay 1 février 2017 0
Agriculteurs en colère – Non aux soldes sur les produits laitiers !

Ce matin, les agriculteurs de la FDSEA et les jeunes agriculteurs ont investi Leclerc pour protester contre les promotions sur le lait et les produits laitiers. Pas de soldes sur le lait alors que le prix d’achat ne couvre déjà pas le coût de production.

« Un pack de lait acheté, le 2e gratuit, ça fait plus de 50% de réduction !  Il y a une pénurie de beurre et vous faites des promotions sur le beurre ??? », s’insurgent les agriculteurs au rayon laitier. Les yeux sur le prospectus, ils cherchent la promo qui va les mettre à mal ! Ils exigent le retrait des palettes de lait en promotion. « Qui faut-il voir pour faire appliquer la loi Sapin », interroge Philippe Clément.

La pression de la concurrence

Les clients commencent à se demander ce qu’il se passe. Les responsables de rayon appellent à l’aide la direction. « On est dépendant de la concurrence, rétorque le président de Leclerc, Francis Tritant. J’ai 300 emplois à la clé. Si tout le monde suit, je veux bien ne plus faire de promos sur le lait ». « Le c’est pas nous , ce sont les autres, ça suffit ! Le problème, c’est qu’on est dans un pays où personne n’est jamais responsable, rétorque le président de la FDSEA des Vosges, mais nous, ça fait 2 ans qu’on a la pression et on ne peut plus continuer comme ça« .

La marque équitable « C’est qui le patron »

« La politique du prix bas est initiée par Leclerc, relève Philippe Clément. Pourquoi vous ne communiquez pas auprès de vos consommateurs ? Carrefour a un accord sur la marque des consommateurs « C’est qui le patron ! » qui fait de la vente directe de produits locaux selon les règles du commerce équitable, avec un litre de lait à 0,99 ctmes au lieu de 0,69 ctmes. Aujourd’hui, la demande est tellement en hausse qu’ils n’arrivent plus à suivre. Pourquoi ne faites-vous pas pareil ?« . Apparemment, le gérant du magasin ne connaissait pas.

Ils veulent des prix qui couvrent le coût de production

« Vous communiquez sur votre engagement dans le développement durable, pointe Johann Barbe. La valeur ajoutée est dans le produit, mais si vous continuez avec votre marque repère, et des prix tirés vers le bas, dans 20 ans, vous n’aurez plus que des produits étrangers ! Les agriculteurs locaux auront coulé ». Ils veulent l’intégration du coût de production au prix d’achat et l’étiquetage sur la provenance des produits.

Une action qui n’est pas passée inaperçue

Les commerces ont également jusqu’en avril pour écouler leur ancien étiquetage. Ensuite, ils devront se plier à l’exigence d’indication de la provenance. Une approche de sensibilisation, qui a énervé quelques consommateurs, en a intrigué d’autres qui ont chercher à savoir le pourquoi de cette mobilisation. « Quel lait faut-il prendre », questionnent d’autres, un peu perdus. Si dans l’ensemble, les clients comprennent les revendications des agriculteurs et les trouvent justes, ils ne voient pas forcément en quoi ils sont concernés.

La marque des consommateurs « C’est qui le patron ! » : https://lamarqueduconsommateur.com/produits/lait/

Commentez l'article »