Christian Franqueville – L’État s’engage sur la ligne 14 toujours identifiée comme prioritaire

B.Boulay 15 décembre 2016 0

Communiqué

ligne14-541

La ligne 14 mobilise élus et usagers. Les associations de défense de la ligne Nancy-Merrey ne veulent pas de cars qui risquent de condamner la ligne. Elles demandent des travaux pour remettre la ligne en état de fonctionner. Philippe Richert a inscrit la ligne dans les travaux d’urgence pour lesquels une enveloppe de 65M€ a été obtenue de l’État.

Il est important de rappeler, ce n’est pas SNCF-Réseau, mais l’exécutif de la région Grand Est, qui a choisi de transférer le rail vers la route. SNCF-Réseau, avait simplement proposé d’abaisser la vitesse à 40km/h sur le tronçon Xeuilley-Mirecourt, allongeant certes le temps de trajet de 31 minutes, mais restant encore plus rapide que le bus ! C’est ce qui avait été annoncé au COREST du 18 octobre.

C’est la Région qui a choisi les cars

Pourtant, le 3 novembre dernier, la région organisait un Groupe de Travail Technique, lors duquel elle faisait elle-même l’annonce d’un transfert du rail vers la route à partir du 19 décembre prochain. C’est sa décision. La ligne 14 a toujours fait l’objet d’une attention particulière de la part du Conseil régional de Lorraine, en son temps, régulièrement alerté par les syndicats de cheminots et l’association d’usagers créée en 2012. Christian Franqueville, Député des Vosges, a, quant à lui, toujours fait montre d’une volonté politique forte de pérenniser cette voie d’accès à notre territoire, alertant en permanence le Préfet de Région ainsi que le Ministre des Transports.

Il y a déjà eu des travaux sur cette ligne

C’est ce qui avait permis, contrairement à ce que Monsieur Richert prétend, l’inscription au Contrat de Plan État-Région (Lorraine), signé en 2015, de travaux sur la ligne 14, d’un montant de 19M€ à réaliser en 2016 sur le tronçon Jarville – Pont-Saint-Vincent. Ces travaux ont fait suite à ceux réalisés en 2014 et 2015, à hauteur de 6,5M€ pour procéder au remplacement de 13.000 traverses, au renouvellement complet d’une portion de voie entre Neuves-Maisons et Pont-Saint-Vincent, au renouvellement du ballast et des traverses d’une portion de voie située à Xeuilley ainsi qu’au renouvellement de zones en courbe à Hymont-Mattaincourt-Poussay.

65M€ pour les travaux d’urgence des lignes Grand Est

Quant à l’avenant au Contrat de Plan État – Grande Région, négocié et récemment signé par Philippe Richert, il possède bien dans son volet « Mobilité ferroviaire » une ligne de crédits prévoyant une remise à niveau de lignes ferroviaires régionales Grand Est pour un montant de 65M€, répartis ainsi :

  • 20,7M€ financés par l’État
  • 35M€ abondés par la Région
  • 9,3M€ apportés par SNCF-Réseau

Force est de constater que nous sommes loin d’un « financement régional à hauteur de 50M€ et seulement 15 millions pour l’État », comme le prétendait Monsieur Richert à Mirecourt, la semaine dernière, devant les élus et les manifestants.

La section Pont-Saint-Vincent-Mirecourt intégrée dans le protocole d’accord

Aujourd’hui, grâce à la mobilisation des Vosgiens et suite aux interventions du Député Franqueville, SNCF-Réseau et l’État ont intégré la section Pont-Saint-Vincent – Mirecourt au « Protocole d’accord relatif à la remise à niveau des lignes ferroviaires de voyageurs du Grand Est », qui sera présenté au vote des Conseillers régionaux les jeudi 15 et vendredi 16 décembre 2016.

La région peut définir la ligne 14 comme une priorité régionale

Cela permettra ainsi d’affecter une partie des 65M€ évoqués plus haut, au financement de travaux urgents sur la ligne 14, qui entre de fait dans la liste des travaux prioritaires proposés à la Région, Autorité Organisatrice des Transports. Ainsi, la Région a aujourd’hui la possibilité de définir la ligne 14 comme priorité régionale. Chacun ne peut que se féliciter que le Président de Région ait finalement accepté de soumettre au vote de son assemblée un document qui considère que la ligne 14 nécessite une remise à niveau en toute urgence.

L’État reconnait la nécessité d’une concertation pour pérenniser la ligne 14

Dès ce mardi 13 décembre au Ministère, l’État a reconnu la nécessité d’engager d’ores et déjà une concertation avec SNCF-Réseau et la Région pour préparer la sauvegarde définitive de la ligne 14.Christian Franqueville a ainsi obtenu, ce matin, l’engagement de l’État sur la poursuite des travaux pour pérenniser la ligne 14. Il appartient à présent à la Région de prendre l’initiative de propositions dans le cadre de la clause de revoyure prévue à la moitié du terme du CPER et de demander à SNCF de maintenir impérativement en fonctionnement la ligne 14 dans l’attente du lancement des travaux dans les semaines à venir.

 

Commentez l'article »