Consommateurs et professionnels de l’automobile s’engagent pour éviter les conflits

B.Boulay 20 janvier 2017 0
Consommateurs et professionnels de l’automobile s’engagent pour éviter les conflits

C’est une première nationale, une association de défense des consommateurs et le conseil national des professionnels de l’automobile signent une charte de bonnes pratiques pour tenter de prévenir les conflits par rapport aux ventes et réparations de véhicules.

« Les consommateurs ont souvent l’impression de se faire avoir ou d’être malmenés, explique Robert Müller, président de l’Association de défense d’éducation et d’information des consommateurs (ADEIC). En étant clair sur les règles, sur les obligations de chacun et en favorisant le dialogue, de nombreux litiges qui dégénèrent jusqu’à aller devant la justice, pourraient être évités« . Les 2 portes-paroles ont parié que s’allier pour prévenir, pouvait influer sur les comportements et éviter bien des déboires.

Une centaine de litiges par an

« Il y a dans les Vosges une commission officielle de règlement des litiges de la consommation créée par le préfet et il n’y en a que 3 sur la France, poursuit Robert Müller. Sur le département, une quinzaine de dossiers sont ouverts chaque année, mais c’est sans compter tous ceux qui n’ont pas les moyens d’ouvrir une procédure et de payer un avocat« . « C’est plus près de la centaine de litiges sur les Vosges », estime le CNPA.

Achetez sur le département

S’entendre sur une charte de bonnes pratiques « éviterait de perdre de l’argent et du temps et d’encombrer la justice ». Les 2 représentants évoquent les arnaques sur Internet, les devis de « 300€ qui finissent à 900€ ». Ils recommandent d’éviter d’acheter une voiture à un particulier et de ne pas l’acheter hors du département. « S‘il y a des litiges, ce sera compliqué, difficilement traçable et tout se passera sur un autre département », prévient Robert Müller.

Traque aux garages malhonnêtes

« Il ne faut pas confondre non plus négociant en automobile et garagiste. Le négociant fait du commerce, mais n’est pas garagiste, alerte le CNPA. Chez un garagiste, la réparation va être un peu plus chère, mais il y a une obligation de résultats« . D’autre part, le CNPA a entrepris une chasse aux garagistes malhonnêtes et au travail illégal. « 6 dossiers sont en cours et 40 signalements ont été déposés pour la Lorraine auprès du procureur pour du travail illégal ».

Un engagement

Le CNPA compte 200 adhérents sur 400 garages vosgiens, 800 en Lorraine et 1350 sur le Grand Est. La charte met en avant une bonne information et s’engage à faire une fiche d’état des objets laissés dans le véhicule à la réception et à la restitution, d’établir ensemble le détail des opérations à effectuer. Le garagiste donnera au client une estimation du prix et l’informera de toute modification de l’accord. Une démarche logique mais ça va toujours lieux en l’écrivant et en laissant des traces incontestables !

 

Commentez l'article »