Décès de Ventron – Le procureur tire la sonnette d’alarme : Le protoxyde d’azote est dangereux !

B.Boulay 5 janvier 2016 0
Décès de Ventron – Le procureur tire la sonnette d’alarme : Le protoxyde d’azote est dangereux !

Ce matin, le procureur tenait à faire un point presse pour alerter les citoyens. Les soirées au protoxyde d’azote (NO2), ne sont pas innocentes. Si les cartouches ou bombonnes de ce gaz sont en vente libre parce qu’ils servent à la recharge d’aérosols, en inhaler présente un réel danger d’oedème pulmonaire fatal ! Un jeune homme l’a payé de sa vie la nuit du 1er au 2 janvier.

Le protoxyde d’azote est un gaz hilarant, qui est censé mettre de l’ambiance dans les soirées jeunes. « Cette pratique est apparue dans les soirées en Angleterre au début 2010, il s’est répandu en France vers 2014, explique le procureur Étienne Manteaux. Il ne faut absolument pas l’inhaler directement à la sortie de la bonbonne. Le gaz est récupéré dans un ballon de baudruche par l’intermédiaire d’un siphon à chantilly ou cracker. Il se réchauffe et il est ensuite inhalé par les personnes qui font tourner le ou les ballons ».

17 morts en Angleterre

La tête tourne un peu, on a une sensation de chaleur et ça déclenche des spasmes de rire sans perte de conscience. Il y a eu 17 morts en Angleterre suite à l’inhalation du protoxyde entre 2006 et 2012 d’un oedème pulmonaire.

Juste une soirée entre amis

L’autopsie révèle que c’est aussi un oedème pulmonaire qui a tué ce jeune homme à Ventron. Cet étudiant qui venait de réussir le concours d’infirmier avait été invité à cette soirée par un ami. L’organisateur avait utilisé la maison de sa grand-mère. La veille pour le réveillon, ils étaient 20 et cette soirée là, ils n’étaient plus qu’une dizaine.

Ce n’est pas sans danger !

Comme ces inhalations sont présentées comme amusantes et sans danger, ils ont sorti leur bonbonne vers minuit pour s’amuser un peu. Ils avaient déjà consommé un peu d’alcool et de cannabis sans excès, qui ont certainement joué comme facteurs aggravants. La première tournée  s’est déroulée sans problème. Chacun avait inhalé 3 à 4 bouffées, sans conséquente apparente.

Foudroyé par un oedème pulmonaire

Mais le jeune a voulu en reprendre une fois vers 2h. Il a tout de suite signalé une sensation de froid et il est tombé. Les secours appelés aussitôt n’ont pas pu le réanimer. Le décès a été immédiat. L’autopsie a révélé qu’il était mort d’un oedème pulmonaire. Ce jeune n’avait pas de problème de santé. Le parquet poursuit l’enquête pour recherche des causes de la mort. « Rien ne permet de s’orienter vers l’homicide involontaire », précise le procureur.

Le premier accident en France ?

L’enquête se poursuit pour savoir si c’était la fois de trop, le cumul avec l’alcool et le cannabis ou simplement le fait de n’avoir pas aussi bien respecté le « mode d’emploi ». Il semble que ce soit le premier accident mortel en France. « Un drame absolu », commente Étienne Manteaux, qui insiste pour mettre en garde les jeunes qui seraient tentés. Ce n’est pas un gaz anodin ! Il risque de tuer !

Attention, le gaz peut tuer !

les analyses anatomo-pathologiques et toxicologiques amèneront sûrement des éléments qui permettront de répondre aux présentes interrogations, mais une chose est sûre, ce n’est pas la « star montante des soirées » comme l’écrit 20 minutes !

http://www.actu88.fr/ventron-un-jeune-homme-retrouve-mort-au-petit-matin/

Commentez l'article »