Girecourt-sur-Durbion – Une dispute familiale sur fond d’alcool qui aurait pu tourner au drame !

B.Boulay 1 septembre 2015 0
Girecourt-sur-Durbion – Une dispute familiale sur fond d’alcool qui aurait pu tourner au drame !

Cette nuit vers 23h30, chemin des Bollots, un couple se dispute. L’homme a bu. Il est en état d’ébriété et l’altercation tourne mal. Le ton monte. La femme excédée menace de quitter la maison. Une menace que l’homme ne supporte pas ! Il va chercher le fusil de chasse, enclenche une cartouche et menace de tirer sur sa compagne, si elle fait mine de s’en aller. Il déclare qu’il se tuera ensuite.

Elle obtempère, d’autant mieux que ce n’est pas la première fois qu’il la menace avec son fusil quand il est ivre, mais d’habitude, il ne va pas jusqu’à mettre une cartouche ! Elle attend sans le contrarier, et quand il s’assoupit enfin, elle se réfugie chez un voisin et donne l’alerte. Mais elle a laissé dans la maison avec son compagnon violent, leur bébé de 2 ans, qui dort !

 L’agresseur semble psychologiquement instable

Les gendarmes ne veulent pas prendre de risques. L’homme s’est déjà fait remarquer pour des violences. La mère explique qu’il n’a jamais frappé l’enfant mais qu’après avoir bu, il s’est plusieurs fois emporté très violemment contre lui. Il a également déjà fait une tentative de suicide et semble psychologiquement très instable. Et il se trouve seul, ivre, armé, avec son enfant de 2 ans !

Les équipes d’intervention de Bruyères, Saint-Dié et Épinal mobilisées

Les gendarmes de la brigade de Bruyères sont très rapidement sur place. Le PSIG de Saint-Dié arrive en renfort, sous l’autorité du commandant de compagnie, le chef d’escadron Cyrille Guiboud-Ribaud. Le PSIG d’Épinal complète les équipes prêtes à l’intervention. Ils établissent un périmètre de sécurité.

2 négociateurs et des renforts

Il y a de la lumière dans la maison, la TV fonctionne, mais les gendarmes n’arrivent pas à savoir, où l’individu se trouve et s’il dort. Ne voulant pas faire courir de risques à la population, le commandant de compagnie demande l’intervention de 2 négociateurs, (1 de Nancy et 1 de Thaon-les-Vosges). Il s’adjoint également le renfort des brigades de Rambervillers, Gérardmer, de la communauté de brigades de Raon-l’Étape et de Fraize.

40 militaires en attente

40 militaires sont en attente, prêts à intervenir. Le maître chien du PSIG de Nancy les rejoint et le peloton d’intervention interrégionale de Dijon est également en alerte. La maire, Monique Fays est sur place. Tout le monde guette en attendant le matin, puisque l’homme doit aller travailler.  Sa compagne a précisé qu’il ne manquait jamais un jour de travail, même après une nuit à boire.. Les Sapeurs pompiers de Bruyères sont parés pour les secours.

Interpellé sans violence

Finalement à 7h35, il sort sur le perron avec ses chiens sans son fusil. L’occasion est aussitôt saisie par les forces de l’ordre pour une interpellation en toute sécurité. L’homme n’a pas résisté. L’enfant est sain et sauf. Il est remis à sa mère et le père âgé de 28 ans est placé en garde à vue. C’est la brigade de Bruyères qui devait l’entendre. La mère sera également entendue un peu plus tard. Une opération qui se termine sans violences, ni effusion de sang. Le pire a été évité !

Commentez l'article »