L’abbaye d’Autrey a sa bière et c’est un succès !

B.Boulay 16 mai 2015 0
L’abbaye d’Autrey a sa bière et c’est un succès !

Une bière pour l’abbaye, une idée qui trottait dans la tête du Père Jean Bosco … et qui a rencontré avec Francis Hoffner, le patron de la Brasserie La Madelon de Saint-Étienne-les-Remiremont, le moyen de la concrétiser. Il était lui-même à l’affut de nouveaux produits. Une alliance productive, puisque la nouvelle bière était lancée aujourd’hui pour la fête des plantes et elle rencontre un succès fou !

« Douce, légère en bouche, rafraichissante », la nouvelle bière de l’abbaye dans sa robe dorée, séduit ! Mousseuse à souhait, transparente, elle est belle à voir, tentatrice. Les brasseurs ont le sourire. En plus, il fait une bonne chaleur et après avoir fait le tour des 40 exposants de la fête des plantes, rien de mieux qu’une bonne bière rafraichissante !

A peine née et déjà courtisée

Les brasseurs en ont prévu 200l à la pression et commence à regarder avec inquiétude les fûts qui se vident à la vitesse grand V ! « Agréable » et « douce », commentent les amateurs. D’ailleurs, ils ne se font pas prier pour y retourner.

Un goût propre à l’abbaye

Les moines s’y sont collés lors de dégustations, pour définir le goût qu’ils recherchaient. Ils la voulaient désaltérante, pas trop amère, goûteuse. Le Père Jean Bosco a fait ses études en Belgique. Ça laisse quelques traces … Après plusieurs essais, ils sont satisfaits du résultat. La bière de l’abbaye d’Autrey a sa personnalité. Certains lui trouvent un petit goût de miel, …  un assemblage d’épices, mais vous n’en saurez pas plus ! Le secret est bien gardé …

Pour financer les travaux de rénovation

Par contre, vous pouvez la savourer demain à la fête des plantes, histoire de vous faire votre propre idée. Ceux qui l’ont dégusté aujourd’hui, affirment sans hésitations qu’elle se laisse boire ! et tout ce qui est nouveau, a tellement plus d’attrait ! La vente de cette production permettra à l’abbaye de poursuivre les travaux de rénovation de l’édifice.

 

 

 

Commentez l'article »