Les herbes du Valtin, le bien-être au naturel

B.Boulay 3 août 2013 0
Les herbes du Valtin, le bien-être au naturel

Cultivées sur d’anciennes terrasses agricoles, à près de 1000 m d’altitude, les herbes du Valtin utilisent les savoir-faire ancestraux pour proposer tisanes, sirops et confitures. Une façon de maintenir sur place une activité économique locale adaptée.

Depuis trois ans, John Voinson cultive des plantes aux vertus aromatiques et médicinales et il vient de planter une parcelle de petits fruits. Il en fait des sirops, des tisanes et des confitures bio. Profitant de sa situation montagneuse, il utilise la cueillette sauvage en attendant la maturité de ses propres plants, et la complète par des variétés cultivées.

Trouver des parcelles

« Petit à petit, nous avons racheté quelques parcelles plantées d’Épicéas. Nous avons déboisé sans causer de dommages à la biodiversité et planté des petits fruits, explique John Voinson, agriculteur qui porte le projet. Pour développer nos cultures, nous allons utiliser des friches familiales et planter des variétés adaptées au terrain et au climat».

Une modeste activité économique et touristique

Les herbes du Valtin est un petit projet agricole, qui teste modestement sa viabilité. Il a l’ambition de tenter de maintenir une activité économique et touristique locale.

Ici, tout est bio. Au dessus, sur un terrain bien incliné, les plants de petits fruits offrent leurs branches à l’ensoleillement. Un peu plus bas sur une parcelle aplanie, on trouve la monarde aux vertus apaisantes, le thym et la mauve pour lutter contre les maux de gorge, le millepertuis utilisée en huile contre les brûlures, ou encore la racine d’échinacéa  qui stimule les défenses immunitaires…

Diverses variétés

Le jardin regorge de menthes diverses et variées, dont les arômes font des sirops aux saveurs rafraîchissantes et surprenantes. On peut y ajouter le sureau qui pousse en arbuste naturel ou les bouregons de pins et toutes les cueillettes sauvages.

« Toutes les cultures sont entourées de grillage pour éviter l’incursion du gibier nombreux dans les parages », souligne John Voinson.

Saveurs inhabituelles et vertus préventives

Les plantes sont utilisées en tisanes simples ou en mélange comme la tisane « Atchoum » avec du sureau noir et du frêne, contre le rhume par exemple. Une quinzaine de tisanes sont en vente (500 sachets/an). Les herbes du Valtin proposent aussi des sirops artisanaux : fleur de sureau, rhubarbe, bourgeon de sapin ou encore thym et menthe bergamote… Une dizaine au total (500 bouteilles/an).

Recettes familiales

Les petits fruits quant à eux, se retrouvent en confiture ou en gelée (environ une centaine de pots/an) ou viennent agrémenter les saveurs des tisanes.

Les herbes du Valtin font partie de l’association Bleu Vert Vosges, qui regroupe dans le département, les producteurs de petits fruits et de produits artisanaux. L’entreprise utilise les recettes de familles et expérimente de nouvelles associations en regroupant les plantes qui ont les mêmes propriétés.

Nouveautés

« Cette année, nous avons 3 nouveautés, annonce John Voinson. Le sirop de bourgeons de sapin, le pétillant de sureau et les gelées de fleurs ou de plantes. Nous avons deux types de clientèle, une clientèle assez jeune pour les sirops et les seniors pour les tisanes qui tentent ainsi de prévenir quelques maux ».

Objectif Ateliers

La vente se fait sur place les mercredis et samedis matin ou sur rendez-vous et dans quelques magasins locaux. « Nous avons du mal à faire les marchés car c’est au moment de la pleine saison pour la cueillette et nous avons du mal à être aux deux ».

Mais John Voinson qui assure quelques visites touristiques avec l’Office de tourisme, aimerait développer des ateliers découverte et transformation des plantes.

Hugo Pigeon et Brigitte Boulay

Contact : 06 82 02 78 65 – lesherbesduvaltin@orange.fr – www.lesherbesduvaltin.fr
 

Commentez l'article »