Vioménil – Des vestiges mis à jour à la source de la Saône

B.Boulay 16 avril 2015 0
Vioménil – Des vestiges mis à jour à la source de la Saône

L’association Escles archéologie a découvert au pied de la source de la Saône, des bancs, des pans de murs d’un bassin, des tuiles et des céramiques qui laissent supposer qu’il y avait là tout un site gallo-romain. Mais dans quelques jours, tout sera de nouveau enfoui sous les berges du petit ru.

Ce n’était pas des fouilles, juste une exploration, mais suffisante pour conclure qu’il y avait bien là un site sanctuaire d’environ 10 000 m2 sur ces terrains. Un grand pas pour ces passionnés, qui se sont entêtés 10 ans, avant de mettre à jour des brides d’une histoire liée à la source.

Escle Archéologie cherche fortune

« En voyant les sites archéologiques découverts autour des sources comme la Seine, je me suis dit qu’il était probable qu’il y en ait un à la source de la Saône, alors j’ai fait du repérage », explique Pierre Fetet de l’association Escles Archéologie. Patience … Les captages sont contemporains et la recherche ne donne rien de flagrant, mais il n’abandonne pas l’idée.

Ils trouvent une piste

En 2005, un membre de l’association débroussaille ronces et orties qui recouvre le cours d’eau, il devient accessible. « J’ai pu descendre dans ce petit ruisseau et j’ai trouvé des tuiles, des pans de murs, un fût de colonne, un seuil de porte. Je savais qu’il y avait quelque chose. J’ai demandé une autorisation de nettoyage qu’on m’a refusé ».

L’érosion attaque

En 2015, les travaux d »assainissement avaient au cours des ans canalisé les eaux. Il y a plus de débit dans ce cours d’eau et l’érosion est plus rapide. « Des blocs étaient prêts à basculer. j’ai alerté les services régionaux de l’archéologie« . Le conservateur avait changé. Murielle Leroy, conservatrice régionale donne l’autorisation d’un premier chantier en février.

Des bancs !

« On a trouvé des pans de murs, qui prouvent l’existence de bâtiments », explique Pierre Fetet, qui fait la visite guidée. Le long de la berge, à droite en descendant le cours d’eau, ils ont trouvé des tuiles plates à bords recourbés sur 20m comme si un toit s’était effondré. »Et ce qui est très rare, ce sont ces 2 bancs ! Si on observe le second, il a un pilier qui fait le double de l’autre. L’allée était donc en pente. On peut imaginer une promenade avec des colonnes et un toit jusqu’au sanctuaire de la source ».

Tout un site

Les murs découverts laissent apparaitre un bassin avec un écoulement. « Il y a plusieurs niveaux de construction entre les fondations, un mur en angle, qui semble esquisser un bâtiment qui s’étendait à l’arrière, puis un 3e mur vient s’accoler contre les premiers avec une autre orientation« . « Il semble également qu’il y ait eu un incendie. On a trouvé de la cendre noire et des tuiles effrités comme le toit d’un bâtiment laissé à l’abandon qui finit par tomber« . Un détail, une interprétation, une suggestion, des pans d’histoire viennent à l’esprit …

Des générations, des vécus …

En descendant le ruisseau encore plus loin, d’autres pierres font penser à un pas de porte. On trouve encore des cylindres de colonnes noircies,  et des pierres qui semblent avoir été réutilisées dans le temps. Avec un peu d’imagination, les lieux prennent vie … On verrait presque les citoyens s’y promener et plus tard, les villageois venir sur le site comme sur une carrière chercher leurs pierres.

Des moutons sur des vestiges

Mais maintenant qu’ils savent qu’ils avaient raison, Pierre Fetet et Olivier Bertin vont emballer leurs découvertes dans un film protecteur, reboucher et remettre les berges dans leur état initial. Le site s’étend sur 3 propriétés privées et il faudra leurs autorisations et d’autres équipes pour aller plus loin dans la mise à jour de ce site. Les moutons paîtront donc sur des vestiges, mais ça ne perturbe pas l’éleveur qui regarde tout ça d’un regard relativement distant.

Un potentiel culturel et touristique

Le maire Sylvain Fransot, y voit un vrai potentiel historique et touristique, car la source de la Saône attire déjà des visiteurs en continu. Et avec les moyens modernes de scénographie, il y aurait moyen de l’animer ou de faire un circuit des sites archéologiques …

Commentez l'article »