Basse-sur-le Rupt – L’eau manque, la commune gère l’urgence

B.Boulay 25 juillet 2015 0
Basse-sur-le Rupt – L’eau manque, la commune gère l’urgence

Depuis une semaine, la commune vit au gré des hauts et des bas de la source qui les ravitaille. Avec les fortes chaleurs, le niveau a tellement baissé que l’eau était insuffisante pour alimenter les 2 réservoirs. La commune doit faire face depuis une semaine au manque d’eau et s’organiser avec la solidarité des autres communes.

Pour l’instant, Nadine Perrin, maire et son équipe gèrent l’urgence ! Face au manque d’eau, ils ont dû demander l’aide des communes proches, La Bresse et Gérardmer, pour fournir les 2 citernes par jour nécessaires à la consommation du village, mais comme l’eau est transportée, elle est considérée comme non potable et ne peut pas être bue. L’équipe municipale se relaie chaque soir pour organiser un dépannage de bouteilles d’eau minérale. « La plupart des habitants se débrouillent par eux-mêmes pour acheter leur eau, mais nous parons au dépannage », explique Nadine Perrin.

Nous ne savons pas pourquoi …

Certains jours, il ne coule même pas une goutte au robinet. « Nous ne savons pas pourquoi le problème s’est manifesté chez nous cette saison, confie la maire. Ça ne s’est jamais produit. Pour avoir un diagnostic fiable pour le futur, nous allons recruter un cabinet expert. Ce qui nous permettra d’anticiper et de trouver une solution pour les années suivantes, mais en ce moment, nous ne pouvons que gérer l’urgence ».

Avec les touristes, la consommation est encore plus forte

En pleine saison estivale, aux 914 habitants habituels de la communes s’ajoutent encore les touristes en vacances. « 80 habitations occupées par une famille, c’est 120 personnes, qui arrivaient de l’extérieur et ne prenaient aucune précaution, constate la maire. Depuis hier, nous observons que les consignes de restrictions d’eau sont bien respectées. Il a fallu le temps que les gens prennent la mesure de ce qu’il se passait ». La consommation qui était de 200m3 au début de la semaine est passée à 100m3 aujourd’hui.

Un raccordement à une source privée pourrait permettre de passer le cap

« S’il ne pleut pas suffisamment pour faire remonter le niveau d’eau, c’est encore 3 semaines de difficulté », prévoit-elle.  Un propriétaire privé qui possède une source avec un débit suffisant environ 50m3/jour, a proposé à la commune de raccorder ses installations. La demande a été faite. L’ARS viendra faire des mesures et des analyses en début de semaine et le préfet devrait pouvoir donner rapidement l’autorisation nécessaire en s’appuyant sur les procédures d’urgence, mais ses services doivent vérifier auparavant que l’eau répond aux normes.

Recruter un cabinet d’expertise pour un diagnostic

« Nous n’avons qu’un employé communal et un demi poste, rappelle Nadine Perrin, et nous apprécions vraiment la solidarité de tous et l’engagement des services qui font bien plus que leur travail et de l’équipe municipale pour faire face ». Une situation présente à gérer, mais un coût de dépannage qui va peser sur la commune. « Nous paierons les citernes et les bouteilles aussi longtemps qu’il faudra, assure-t-elle, et en 2016, le diagnostic et les travaux qu’il faudra réaliser ».

 

Commentez l'article »