Bruyères – « Vous n’avez pas le droit de faire ça à nos enfants ! »

B.Boulay 17 février 2018 0
Bruyères – « Vous n’avez pas le droit de faire ça à nos enfants ! »

Les familles étaient là sous les parapluies, protégeant leurs enfants. Les élus, les professionnels, personne ne comprend cette fermeture. 240 enfants et adolescents concernés … « Mais on va les soigner comment ? Il y a une liste d’attente de 3 ans à Saint-Dié !!! Ce n’est pas du luxe … ». Pour les parents, c’est de la non assistance à familles en danger !

Le Centre médico-psycho pédagogique doit fermer le 26 février, mais on apprend que l’Agence régionale territoriale vosgienne n’était pas au courant ! Hallucinant… Les parents racontent qu’ils ont appris la fermeture par hasard. ils ont pris un boomerang en pleine figure … « La direction n’a même pas pris la peine d’informer les parents ?« , s’étonnent-ils. Ils n’en sont pas encore revenus. Ils l’interprètent comme de l’irrespect pour leurs enfants et pour eux-mêmes.

240, ce n’est pas rien !

« Que vont devenir nos enfants ? s’interrogent les parents. 240, ce n’est pas rien ! Et quand on sait qu’il y a 3 ans de liste d’attente à Saint-Dié, on va les mettre où ? Ils ont besoin d’un suivi régulier, de repères … On va aller les trimballer où ? Est-ce qu’ils se rendent compte des conséquences ?« . Cléïs par exemple est suivie pour des troubles autistiques. Elle progresse bien mais elle a besoin d’un suivi sur du long terme. Elle devait entrer en 6e avec un accompagnement et l’arrêt risque de remettre en cause tout le travail effectué.

Nos enfants sont mis à la rue !

Denis Gillet demande à l’Agence régionale de santé de prendre ses responsabilités. « Nos enfants sont mis à la rue », s’indignent les parents. Ce n’est pas 20 enfants qu’on devrait déplacer mais 240 ! « . Un collectif de parents « SOS CMP » s’est constitué. Ils vous demandent de signer la pétition. « On va continuer à emmener nos enfants au CMP« .

C’est innommable, infâme, bas …

La ruralité est mise à mal ! proteste le maire de Bruyères, Yves Bonjean, On nous enlève nos classes, nos services, … Les entreprises s’en vont dans des secteurs plus attractifs.  Qu’allons-nous devenir ? Monsieur le Président de la République, ne nous laissez pas mourir, souvenez-vous des valeurs de la République ! On voit tout disparaître chez nous, c’est innommable, infâme, c’est bas, c’est nul ! On veut casser la santé et tuer nos territoires !

Ils vont résister

« On a entendu qu’il manquait un pédo-psychiâtre mais on ne peut pas accepter !  » conclut le maire, entouré des maires du bassin. François Vannson a fait un courrier à l’ARS et les parents également. « Le vrai problème, c’est le remplacement de l’infirmière, pas le manque de pédo-psychiatre. Ils en voient un tous les 6 mois pas plus », commente un professionnel. Ces gaulois ont décidé de résister !

Une

Commentez l'article »