BTP – Toujours dur dur et ça dure !

B.Boulay 7 juin 2015 0
BTP – Toujours dur dur et ça dure !

Il est urgent de relancer les commandes publiques ! Le BTP prend de plein fouet le cumul de freins dus à la réforme territoriale, la crise qui dure depuis 2008 et le cafouillage pour l’application des mesures de la transition énergétique ! La situation est alarmante. Un seul chiffre : pour les entreprises de moins de 11 salariés, on compte une hausse de 30% des défaillances.

150 000 emplois perdus depuis 2008 dans le BTP. Et les Vosges sont un des départements les plus touchés. Le discours n’est pas au beau fixe ! « Les entreprises recourent de plus en plus au chômage partiel et les licenciements s’enchaînent. Ce sont les petites entreprises qui sont les plus touchées », constate amèrement Sylvie Tuaillon, présidente du BTP Vosges. Du coup, elles ne peuvent que travailler au jour le jour sans projection …

Transition énergétique, des mesures trop confuses

La réforme territoriale met en stand by les projets des communes, qui attendent que s’esquisse l’organisation de la grande Région. Un frein qui s’ajoute à la baisse d’investissement des collectivités, conséquence de la baisse des dotations d’état. Bien sûr, la transition énergétique pourrait amener des travaux en compensation, mais ce n’est pas le cas. « Les mesures prises dans ce cadre sont de bonnes mesures, mais il y a eu à l’automne dernier, un vrai cafouillage. Il était difficile de comprendre ce qu’il fallait faire et les conseils étaient contradictoires, remarque encore la présidente. Du coup, les entreprises étaient en position délicate« .

Le marché se concentre sur la rénovation

Pratiquement plus de construction neuve, le marché se concentre donc sur la rénovation : « Des travaux plus longs, plus complexes et plus chers, donc des marchés moins attractifs ! » relève Sylvie Tuaillon. Exception à ce tableau morose, les travaux liés à l’ecoPTZ qui sont en hausse de 13% et le programme Habiter mieux où les Vosges se distinguent !

Nous attendons mieux des différents accompagnements

« Nous attendons mieux des différents accompagnements, qui pour l’instant, n’ont pas un impact perceptible« , déclare encore la présidente. Moins de commandes, c’est une trésorerie amenuisée et des entreprises en grosse difficulté. 2 fois le BTP est descendu dans la rue, pour lancer un cri d’alerte auprès du gouvernement et de la population. « Les entreprises en ont ras-le-bol. C’est le désarroi complet et pour le moment, il n’y a pas de nouveaux textes à l’horizon, déplore Sylvie Tuaillon. Le BTP et les TP sont laissés pour compte. Il est urgent de se mobiliser pour débloquer l’argent où il est et de se fédérer pour que les projets structurants puissent émerger. »

C’est d’activité dont nous avons besoin !

L’A31 bis peut être une ouverture. « Participez aux débats. Aujourd’hui, c’est d’activité dont nous avons besoin, c’est d’exister par notre travail, nos avoir-faire et compétences certifiées ! ». Le message est clair : plus de commandes, moins de contraintes et faites la chasse à la concurrence déloyale.

Commentez l'article »