Culture – Le parlement éphémère tiendra son assemblée à Épinal

B.Boulay 16 janvier 2018 1
Culture – Le parlement éphémère tiendra son assemblée à Épinal

Après le succès d’une 1ère édition en 2015 en Champagne Ardenne, les 19 et 20 janvier marqueront une nouvelle étape dans la construction collective d’une réflexion autour de l’éducation populaire et de la culture à l’échelle du Grand Est. Le rendez-vous se déroulera au Centre des congrès à Épinal. 300 participants sont déjà inscrits.

Article en partenariat avec La Semaine : www.lasemaine.fr

En octobre 2013, les directions régionales des affaires culturelles et de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale de Champagne Ardenne ont financé une étude pour mieux connaître « la place et le rôle des associations et fédérations d’Éducation populaire dans les pratiques artistiques et culturelles ».

150 personnes au 1er parlement éphémère à Reims

Elle a été confiée à la fédération des MJC qui y a associé les autres réseaux d’éducation populaire et artistiques. Durant 27 mois, plus de 950 personnes ont contribué à la mise en place de questionnaires, de tables rondes et d’entretiens. L’idée de rassembler l’ensemble des contributeurs pour imaginer la suite s’est alors imposée. Le Parlement éphémère était né et a réuni 150 personnes sur 2 journées en avril 2015 à Reims.

Un plan d’actions 2016-2019 pour la Champagne Ardenne

A cette occasion, les parlementaires (les acteurs de l’éducation populaire et de la culture, des chercheurs et des élus, …) sont partis de l’étude pour formuler et voter collectivement 16 propositions, qui ont abouti à un plan d’actions 2016/2019 actuellement mis en œuvre en Champagne-Ardenne.

Un 2e parlement éphémère à l’échelle du Grand Est

Avec la grande région, s’esquissait l’idée d’un second parlement éphémère à l’échelle du Grand Est. Pour ouvrir la participation à tous les citoyens intéressés, un appel à contributions est ouvert. Il s’agit de réfléchir à la place de la culture, aux enjeux de la vie citoyenne. « Nous allons réfléchir ensemble à partir de 12 thématiques que nous avons relevées des contributions pour faire des propositions d’actions aux élus », explique Philippe Urbain, chargé du projet à la Ligue pour l’enseignement, une des structures organisatrices.

Les axes de réflexion

Où en est-on après 50 années de décentralisation ? Est-on toujours dans une opposition culture élitiste/ culture populaire ? Quel accès à la culture en zone rurale ? Quelles interactions des territoires ? Quelle importance tient la culture dans la cohésion sociale ? Quelle mobilité pour accéder à la culture ? La place des bénévoles ? Le droit culturel et la diversité ? La pédagogie ? L’apport des politiques publiques ? Les dynamiques de collaborations ?…

Un nouveau plan d’actions pour le Grand Est

« Nous avons déjà 87 contributions et plus de 300 inscrits. Après les discussions du vendredi, seront rédigées samedi matin 15 à 20 propositions qui seront la quintessence d’un nouveau plan d’actions pour le Grand Est. L’idée est de trouver de nouvelles manières d’agir, d’innover en utilisant l’intelligence collective. Il y a plus d’idées dans plusieurs têtes que dans une seule. Samedi au café, les élus seront invités. On leur présentera les propositions et on ouvrira la discussion ».

Les cartes de l’ESAL

L’ESAL (École supérieure d’art d’Épinal) a été associée à l’opération. Les élèves ont réalisé des cartes postales. 7000 ont été distribuées pour proposer aux citoyens de donner un avis : La culture, pour quoi faire ? Qu’est-ce que l’art nous apporte ? La culture vraiment pour tous ? La culture, qui éduque qui ? Culture individuelle, richesse collective ? 3500 réponses sont revenues.

Faire bouger les lignes

Un spectacle, « la devise » de François Bégaudeau, un film documentaire « le chant des racines » de Kuzola et un concert de Lucia de Carvalho à la Souris verte viendront compléter la réflexion. « J’en attends beaucoup mais rien de révolutionnaire, conclut Philippe Urbain. Ca va faire bouger les lignes par de petites choses. C’est un acte fondateur. C’est un groupe de 80 qui va continuer à travailler et à réagir ensemble. On l’a vu avec la mobilisation contre la fin des contrats aidés. J’espère aussi une prise de conscience des élus qui ne font pas de la culture une priorité, pour que ça ne soit pas la dernière roue du chariot dans un contexte de budget contraint ».

www.pfmr.fr

Un commentaire »

  1. Christine Devallois 17 janvier 2018 sur 12 h 38 min - Reply

    Une belle synthèse de la démarche du Parlement Éphémère Grand-Est à Epinal…! En fait ce sera près de 300 participants actifs qui feront l’ouverure Vendredi…. un signe que le sujet est « brulant » et au cœur des préoccupations d’un grand nombre de citoyens, de militants associatifs, d’acteurs culturels, d’artistes… Tant mieux ! Christine Devallois, Présidentes de la Ligue de l’Enseignement des Vosges

Commentez l'article »