Évaux-et-Ménil – « Notre RPI nous convient parfaitement ! »

B.Boulay 5 février 2016 0
Évaux-et-Ménil – « Notre RPI nous convient parfaitement ! »

Ce vendredi, élus et parents en colère, occupaient l’école d’Évaux-et-Ménil. Ce regroupement pédagogique qui rassemble 3 communes, Evaux-et-Ménil, Brantigny et Varmonzey, leur convient parfaitement. Ils ne voient pas pourquoi on le leur enlèverait !

Ils étaient une quarantaine à protester ce vendredi. Pas question qu’on leur ferme leur RPI. « Les enfants sont très bien, expliquent les 3 maires. Ils ont tout. La cantine est en face au 1er étage, le terrain de sport derrière et la salle polyvalente sert pour les activités périscolaires, juste en face ». Tout est parfait dans le meilleur des mondes, alors pourquoi tout remettre en cause ?

Pourquoi changer un système qui marche ?

« Les enfants se sentent bien, progressent bien. Mon fils vient d’entrer au collège et il marche bien, témoigne une maman, pourquoi veut-on nous obliger à changer un système qui marche et qui nous convient  ? ». Les parents d’anciens élèves qui ont réussi étaient venus soutenir le mouvement.

On veut « éclater » les enfants à droite, à gauche !

Le regroupement accueille 55 enfants, ce qui fait une petite vingtaine par classe. De la maternelle au CE2, les classes sont à Évaux-et-Ménil, le CM1-CM2 est à Brantigny. « Ce qu’on nous propose, ce n’est même pas de regrouper toutes les classes à Évaux-et-Ménil. Ça, ça nous conviendrait ! Mais on veut éclater les classes, quelques enfants à droite, d’autres à gauche, et ça, il n’en est pas question ! C’est de la pure gestion comptable sans tenir compte de l’intérêt des enfants !« , proteste une autre mère de famille.

Nous pouvons tout regrouper à Évaux-et-Ménil

« Nous pouvons aménager une 3e classe à l’étage, explique le maire d’Évaux-et-Ménil, Gérard Cousot. La 2e classe vient d’être construite de l’autre coté de la cour de récréation. Elle est toute neuve. L’école est aux normes et tout fonctionne très bien. Nous voulons garder nos classes en milieu rural. Nos écoles donnent toute satisfaction par la proximité et le niveau d’enseignement ».

L’intérêt des enfants avant le porte-monnaie !

Ils ne veulent tout simplement pas avoir des classes surchargées, loin, qui obligent les enfants à passer une bonne partie de leur journée dans les transports ! « Imaginez un petit bout de 3 ans avec d’aussi longues journée, sans rentrer le midi … c’est inhumain et même pas envisageable !« . Un courrier a été envoyé à l’Inspection académique et un à la Ministre de l’Éducation.

 

Commentez l'article »