Festival de Gérardmer : l’heure des bilans

B.Boulay 8 février 2013 0
Festival de Gérardmer : l’heure des bilans

Avec plus 3000 entrées, la participation de films  américains et un jury rajeuni, Pierre Sachot, président de l’association Fantastic’Arts, est plutôt satisfait de l’édition 2013. Un seul regret, qu’il n’y ait pas eu de film français dans la programmation.

 

« L’objectif est de remplir les salles, de faire participer le public, et on a réussi ! se félicite Pierre Sachot. Presque 3000 entrées supplémentaires pour cette 20e édition, et une bonne connexion entre le public et le jury. Des signatures d’autographes, des échanges avec les réalisateurs et des animations en ville et dans les écoles, le festival a bien tenu sa place ».

9 films étaient en compétition longs métrages et 7 en courts métrages. « Nous avons cette année, un retour en force du cinéma fantastique made in USA (4 sur 9) et c’est une ouverture », se réjouit le président. »Une situation qui marque le dynamisme du cinéma de genre venant du continent nord américain mais illustre aussi la confiance que nous accorde les grands studios en nous permettant de projeter les films en avant-première », complète Anthony Humbertclaude, coordinateur.

Christophe Lambert président du jury

Le jury 2013 était présidé par le comédien Christophe Lambert. Et comme chaque année, le jury des jeunes de la Région Lorraine a réuni 6 filles et 6 garçons, tous en Option cinéma, et sévèrement sélectionnés sur une lettre de motivation. Deux vosgiens, Cyril Melnik et Marie Sillon ont vécu l’aventure. Ces jeunes jurys ont moins de 20 ans et n’ont  pas connu la première édition comme en témoignait Olivia, leur présidente. Pendant 4 jours, plongés dans un univers fantastique, ils ont échangé avec des « pro », rencontré des talents et testé le statut de VIP. Un vécu hors du commun entre frissons et bouillonnement !

50 films, 111 projections, 600 bénévoles

Du 30 janvier au 3 février, la ville s’est mise au rythme du fantastique avec des projections rediffusées en décalé dans plusieurs salles. Ce qui permet au public, de voir un maximum de films en compétition en jonglant avec les lieux et les horaires. Les queues se prolongent dans la rue, mais les passionnés du genre arriveront  en changeant de sites à voir les films lauréats en avant première. En 4 jours, 50 films tournent en 111 projections et chaque film de compétition est projeté 2 à 3 fois.

Pas moins de 600 bénévoles s’activent à l’accueil, la logistique la sécurité ou au transport des invités. Réalisateurs, producteurs, comédiens ou membres du jury disposent de voitures avec chauffeur. Abel Ferrara, le célèbre réalisateur et scénariste américain en a profité. Il était venu en soutien à son ami compétiteur, Michaël Bartlett.

Le fantastique en ville

Pour le festival, le fantastique gagne la ville. Le genre contamine décors et animations. Des zombies déambulent, et la fantasy s’expose. Même, le salon du livre est imprégné ! En vedettes, la BD fantastique avec Georges Bess et Henri Loevenbruck pour les thrillers.

L’étrange gagne la rue ! Atmosphère, atmosphère !

La page 2013 se tourne sur un bilan positif, mais déjà, 2014 s’esquisse. L’équipe du Public système cinéma  repart en chasse, à l’affût de nouvelles signatures.

Un budget de 600 000€

Pour l’Association, il s’agit de démarcher de nouveau la ville, le conseil régional et l’Etat pour réunir 70% d’un budget de 600 000€. Le conseil général ne participe pas au financement. Les entrées représentent environ 10% du montant et les entreprises privées constituent les 20% restants. Chaque année, il faut prendre don bâton de pèlerin et convaincre ces différents partenaires.

Faire plus, si on nous donne plus

« C’est un effort depuis 20 ans, explique Anthony Humbertclaude, coordinateur. Obtenir des fonds devient de plus en plus difficile du fait de la multiplication des sollicitations pour les partenaires privés qui ciblent ce qu’ils veulent sponsoriser et s’y tiennent. Et du coté des collectivités, ce sont des arbitrages. On espère chaque année, faire partie des bénéficiaires. Nous apportons beaucoup en termes d’image et de tourisme. à Gérardmer Les retombées sont facilement quantifiables. Mais c’est certain que si on avait plus de soutien, plus de budget, on a un fort potentiel de développement. On pourrait faire plus ! ».

 

Palmarès 2013

– Grand Prix : Mama, premier long métrage d’Andrés Muschietti (Espagne/Canada) avec Jessica Chastain qui sortira dans les salles françaises le 15 mai 2013

– Prix du jury : Ex-aequo : Berberian sound studio de Peter Strickland (Royaume-Uni/UK) et La fin de Jorge Torregrossa (Espagne)

– Prix du public : Mama

– Prix  de la critique : Berberian sound

– Prix du Jury des jeunes de la Région Lorraine : Mama

– Prix du jury SyFsy : You’re next d’Adam Wingard (Etats-Unis)

– Prix du meilleur court métrage : Mort d’une ombre de belge réalisé par Tom Van Avermaet et avec Matthias Schoenaerts

http://www.festival-gerardmer.com/wordpress/

Commentez l'article »